Programme du colloque Symbios des 25-27 juin 2018, à Strasbourg

 Du 25 au 27 juin 2018

 

Symposium international

Ecologiser la société, matérialiser le politique

Mouvements sociaux et transitions vers la durabilité

 

Manifestation scientifique organisée dans le cadre du projet de recherche SYMBIOS, « Les mouvements de transition vers une société frugale », soutenu par l’ANR (Programme « Transition écologique, transformation sociétale, risques et opportunités » 2014-2018), hébergé par le laboratoire SAGE (Umr CNRS 7161).

Proposée par Gildas RENOU (UMR SAGE / Université de Strasbourg) et 

Laura CENTEMERI (Centre d’Etude des Mouvements Sociaux – UMR « Institut Marcel Mauss » EHESS / CNRS)

 

Lieu : Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace – MISHA

Strasbourg (station de tramway « Observatoire »)

Salle des conférences (rez-de-chaussée) 

 

Programme

Lundi 25 JUIN
13h30 Accueil des participants
14H-14H15 Laura Centemeri et Gildas Renou : introduction
 

SESSION 1

 

Ecologisations du social et brèches dans la modernité politique

14H15-14H45 Luigi Pellizzoni (Université de Pise, Italie), Living with, at or in the limit. About new materisalist mobilizations.
14H45-15H15 Denis Chartier (Université d’Orléans), Planète morte vs planète vivante ou le « sacré » comme proposition politique divergente.
15H15-15H45 Catherine Larrère (Université Paris1), Transition écologique : l’apport de l’écoféminisme à l’étude des mouvements sociaux
15H45-16H Discussion
 

SESSION 2

 

 

L’écologisation à la racine : autonomie, radicalité, quotidienneté

16H15-16H45 Joëlle Zask (Aix-Marseille Université), Politique du jardin partagé
16H45-17H15 Isabelle Hajek (SAGE, Université de Strasbourg), Militer contre le gaspillage : une transition par la vie quotidienne ?
17H15-17H45 Sylvie Ollitrault (CNRS, UMR Arènes, Rennes), Utopies contre l’Etat, le mouvement écologiste français des années 2010
17H45-18H15 Discussion
 

Mardi 26 JUIN

9h00 Accueil des participants
 

SESSION 3

 

Mouvements sociaux et expériences cosmopolitiques

9H00-9H30 Jean Foyer (CNRS, Laboratoire ISCC), La viticulture biodynamique entre cosmopolitique et rhizome trans-individuel
9H30-10H Geremia Cometti (Université de Strasbourg), Le cas des Q’eros des Andes péruviennes face à l’extraction minière
10H-10H30 Aurélien G. Cohen (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris), Lutter au-delà de l’humain : pratiques agroécologiques et communauté d’intérêt.
 

 SESSION 4

 

Dynamiques du vivant et extensions du politique

 

10H50-11H20

Raphaël Larrère (INRA), « Faire-avec » les humains, les non-humains et les processus naturels
11H20-11H50 Marc Breviglieri (HETS, Genève), Fertilités. Ce qui s’attache à l’existence d’un espace oasien du sud marocain.
11H50-12H20 Elise Demeulenaere (CNRS, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris) et Marion Dubourg (Université Paris-Nanterre): Jardiner ou faire de la politique. Confrontation de cultures militantes au sein du mouvement pour les semences paysannes.
12H20-12h40 Discussion
 

SESSION 5

 

Transition(s): perspectives scientifiques, politiques et morales /1

14H15-14H45 Luc Semal (Muséum National d’Histoire Naturelle, CESCO),  La transition écologique : irruption, mainstreaming et désamour.
14H45-15H15 Cyprien Tasset (IRIS, Paris), Sous la bannière de l’effondrement. Un cas limite d’interprétation de la finitude matérielle du monde.
15H15-15H45 Rémi Beau (Université Paris-1), Pratiques de transformations individuelles et collectives : pour une éthique de la transition
 

SESSION 6

 

Transition(s): perspectives scientifiques, politiques et morales /2

16H00-16H30 Caroline Lejeune (Université de Lausanne), Face à l’épreuve de la sobriété imposée. Reconnaissance, participation, capabilités.
16H30-17H00 Gabrielle Bouleau (IRSTEA), Du chocolat blanc au chocolat noir amer : les différents récits de la transition dans les forums académiques internationaux
18H00-19H30 Visite d’un jardin  potager partagé à Strasbourg, avec Sandrine Glatron (Géographe, CNRS, UMR Dyname).
Mercredi 27 Juin
SESSION 7 Localisation et territorialisation : « l’atterrissage » des mouvements sociaux ?
9H00-9H30  

Stéphanie Dechézelles (IEP d’Aix en Provence, CHERPA), S’engager pour la transition énergétique, s’opposer aux éoliennes de grande taille. Les formes hybrides d’appropriation des injonctions à la durabilité.

9H30-10H00 Benedikte Zitouni (Université Saint Louis, Bruxelles), Des terres contestées au port d’Anvers. S’équiper pour mieux résister
10H00-10H30 Salvo Torre (Université de Catane, Italie), Les conflts socio-envirennementaux et la construction de l’espace politique.
 

SESSION 8

 

Expérimentations et tâtonnements dans  le « faire commun » / 1

10H50-11H20 Viviana Asara (Université de Vienne, Autriche), Untangling the radical imaginaries of the Indignados’ movement: Commons, autonomy and ecologism
11H20-11H50 Alvise Mattozzi (Université Libre de Bolzano, Italie), Un réseau alimentaire « alternatif » sans mouvement. L’ascension et la chute du “réseau lait cru” en Italie
11H50-12H20 Florian Charvolin (CNRS, Centre Max Weber, Lyon), S‘engager politiquement par son mode d’habiter : rénovation thermique et ressenti subjectif en Nord Ardèche.
12H20-12H40 Discussion
 

 

Session 9

 

 

Expérimentations et tâtonnements dans  le « faire commun » / 2

14H15-14H45  

Fabien Hein (Université de Lorraine, Laboratoire 2L2S), Do it yourself, conscience écologique et retour à la terre : modes de vie en contexte anarcho-punk.

14H45-15H15 Sylvaine Bulle (Université Paris-8, CRESSPA-Labtop), Commun vs. commune : hantise de l’’unification et tensions autour du commun. Le cas de Notre-Dame-des-Landes en phase de normalisation
 

15H15- 15H45

Guillaume Christen (Université de Strasbourg, SAGE), Les coopératives énergétiques : permettent-elles de territorialiser et de matérialiser le rapport à l’énergie ?
15H45-16H30 Discussion conclusive.

 

 

Argument de cadrage du colloque :

Ecologiser la société, matérialiser le politique

Mouvements sociaux et Transition écologique

 

Les termes « transition socio-écologique » ou « transition vers la durabilité » sont aujourd’hui utilisés, d’habitude au pluriel, pour indiquer un changement systémique orienté par l’objectif de faire évoluer nos sociétés vers des formes d’organisation socio-économique et écologique à la fois plus justes et durables (Van den Bergh et al., 2011; Markard et al, 2012, Bourg, Kaufmann & Méda 2016). Il existe néanmoins, des visions fort différentes, voire conflictuelles, de l’état souhaité comme résultat de la transition. Ainsi, le rapport au rôle joué par la croissance économique pour garantir le bien-être des sociétés fait débat. Plus généralement, les désaccords sont nombreux concernant le statut du modèle capitaliste et marchand  d’organisation de l’économie. Est-il le plus adapté à garantir les objectifs de justice sociale et environnementale ? Les imaginaires de « capitalisme vert », articulant environnementalisme et innovation technologique (Brand 2012), sont très éloignés des visions de société de « décroissance » (degrowth) ou « a-croissance » (a-growth) (Van den Bergh & Kallis 2014).

 

Malgré l’importance cruciale des questions politiques soulevées par la transition écologique, l’enjeu de la transition socio-écologique est le plus souvent abordé dans les sciences sociales comme résultant de l’interaction de trois pouvoirs principaux qui sont autant de sphères de pratiques instituées : les sciences, les Etats et le marché. Une telle perspective a tendance à évacuer la question des conflits et des pouvoirs qui sont à l’œuvre dans les transitions et à négliger le rôle joué par les mouvements sociaux.

 

Par le terme de mouvement social on entend ici toutes les dynamiques non-étatiques et non-marchandes qui s’organisent, selon des modalités variées et relativement durables, dans la promotion de certaines transformations du monde, envisagées en fonction de perspectives normatives déterminées et partagées. Qu’est-ce qui importe ? Qu’est ce qui est souhaitable ? Qu’est ce qui est juste ? Comment dégager des moyens pour faire advenir un meilleur monde commun, de meilleures institutions, etc. ? Telles sont les questions centrales, de nature normative et axiologique, qui animent les mouvements sociaux avant toute autre considération. C’est une telle acception élargie de mouvement social que nous avons fait le choix d’adopter dans le programme de recherche Symbios.

 

Ce programme a voulu donc s’écarter explicitement de la définition classique, restrictive, selon laquelle le mouvement social renvoie prioritairement à “la défense des intérêts collectifs” et à “la promotion des ambitions collectives” (Tilly 1984), construite sur le prototype des révoltes paysannes et du mouvement ouvrier de l’ère industrielle (Tilly 1986), envisagées prioritairement dans leur relation à l’Etat et à ses transformations (Fillieule 2009). Dans la perspective que nous adoptons, l’objet du mouvement n’est ainsi pas a priori réductible aux intérêts et aux projets d’un groupe social donné, représentés par ses porte-parole : il existe une autonomie relative du domaine des valeurs par rapport aux utilités. Dans cette approche, les mouvements religieux (Aberle 1966) constituent donc pleinement des mouvements sociaux, tout comme les sciences (Daston 1995, Collins 2004, Pestre 2010) ou les mobilisations morales (Jasper 1998, Traïni 2009) dès lors qu’elles engagent une attitude de transformation du réel dans une certaine direction, selon des cadres culturels et des pratiques spécifiquement prescrites.

 

Ce colloque de recherche vise à rassembler des enquêtes sur le renouvellement de l’équipement politique de mouvements sociaux qui sont engagés, d’une façon ou d’une autre, dans la promotion d’une dynamique de transition socio-écologique. Sur un plan général, la transformation peut être formulée sous la forme d’un bouleversement pratique et intellectuel résultat de l’inscription de l’action politique dans un monde fini (Jackson 2011, Szuba 2014). Mais les façons d’interpréter et de tirer les conclusions de la « prise de conscience » de la fin de l’ère de la croissance et de l’abondance infinies sont multiples, voire contradictoires.

 

L’objectif premier consiste donc à établir une cartographie rudimentaire des effets, sur les mouvements sociaux, de l’émergence d’au moins deux horizons normatifs venant influencer la façon d’envisager les futurs souhaitables. D’abord,  le critère de la durabilité ou soutenabilité des systèmes socio-économiques et des institutions. Ensuite, le processus diffus d’écologisation des façons de penser et d’agir. Ce processus implique notamment l’apprentissage, à la fois personnel et collectif, de la prise en compte d’agents ou de forces non-humaines impliqués dans les enjeux sociopolitiques.

 

Pour ce faire, on s’intéressera d’abord à ce que la transition écologique fait aux mouvements sociaux, c’est à dire à la variété des effets, sur l’activité des mouvements sociaux, des enjeux de transition écologique. Ensuite, on invitera à explorer l’intérêt de l’entrée par les mouvements sociaux, encore faiblement travaillée par la littérature, pour penser l’enjeu de la transition écologique, par contraste avec les approches dominantes identifiées précédemment, centrées majoritairement sur l’action publique, les sciences et les acteurs économiques.

 

Ce colloque constitue donc un lieu de rencontre et de discussion entre les spécialistes des mobilisations et des mouvements sociaux contemporains, d’une part, et les chercheurs impliqués dans la recherche sur l’écologie politique, les sciences de la soutenabilité et la galaxie des recherches sur les transitions socio-écologiques. On visera en particulier à faire discuter des hypothèses et des résultats de recherches menées dans différentes perspectives.

 

La discussion sera organisée autour de trois axes principaux :

 

  1. Les mouvements et les militants de la transition écologique : reconfigurations, émergences, convergences

 

Dans cet axe, nous souhaitons d’une part comprendre comment s’est faite la rencontre des anciens mouvements sociaux (syndicats, ONG sociales ou environnementales, organisations paysannes etc.) avec la transition écologique. Sous quelle forme l’apparition de ces enjeux ont-ils eu un impact sur les formes d’organisation de l’action collective ainsi que les pratiques d’engagement de ces mouvements ? D’autre part, on souhaite accorder une attention spécifique à l’émergence récente de nouveaux mouvements à partir des enjeux de transition, tel que la réponse au changement climatique, la localisation des circuits alimentaires, l’apprentissage de la sobriété matérielle et énergétique…

 

Il importe également de comprendre les alliances qui se tissent entre les acteurs, les circulations entre ces mouvements, la construction de réseaux et de « réseaux de réseaux » (locaux, nationaux et transnationaux). Plus en amont, nous invitons à explorer toute la diversité des acteurs de la transition, en y incluant des formes « paradoxales », comme les mouvements d’inspiration « accelérationniste » (Snircek & Williams) et la mouvance transhumaniste (Kurzweil 2007). Quelles frictions traversent cet espace de mobilisation ? Comment et sur quels critères opérer des nouvelles lignes de partage ? A quelles conditions l’enjeu de la transition socio-écologique peut-il constituer un terrain fédérateur de luttes ? Peut-il constituer un levier pertinent pour renouveler la critique sociale et politique? Quelle est la place de l’enjeu climatique dans ce champ de mobilisations ? On invite aussi à prêter une attention aux modes pratiques d’engagement (à la fois individuels et collectifs) ainsi qu’aux formes de dissémination qui s’y pratiquent.

 

Dans cet axe, il sera question également d’approfondir les propriétés sociographiques pertinentes pour décrire les profils des personnes et les groupes engagés dans ces mouvements.

 

 

  1. Matérialisation et localisation de la critique sociale : repenser la subsistance et le rapport au vivant

 

Les enjeux soulevés par la nécessité de la transition socio-écologique amènent un profond réaménagement des cadres intellectuels et des pratiques qui sous-tendaient l’activité des mouvements sociaux depuis les débuts de la révolution industrielle, ainsi que leur conception de la justice sociale. Les mouvements sociaux sont en effet amenés à prendre en compte des contraintes qui restaient hors-champs dans la contestation sociale, notamment les flux de matériels, de ressources et d’énergie. Comment s’opère cette re-matérialisation de la critique sociale ? Quelles en sont les difficultés ? Par quelles catégories savantes, quelles schèmes spécifiques en vient-on à envisager la justice social dans un monde fini, tant au niveau global (dans les rapports nord /sud) qu’au niveau local ? La problématisation en terme de re-matérialisation (Pellizzoni 2017) est-elle ajustée et suffisante pour caractériser ce renouvellement ? Quelles transformations les schèmes intellectuels et contestataires conçus par les mouvements ouvriers, les socialismes et les marxismes, depuis le XIXème siècle, sont-ils amenés à opérer (Barca & Bridge 2015, Hornborg 2015) ?

 

Une évidence qui émerge est que l’enjeu de la subsistance fait aujourd’hui un retour dans les façons de concevoir la justice sociale (Bennholdt-Thomsen & Mies 2000, Martinez-Alier 2012). L’alimentation, l’autoproduction d’énergie, l’auto-construction de l’habitat, les pratiques de réparation, deviennent des enjeux de mobilisations. Il ne s’agit donc pas seulement de revendiquer des styles de vie ou de pratiquer un consumérisme critique. Les mouvements « néomatérialistes » (Schlosberg et Cole 2016) cherchent à structurer différemment les systèmes de réponse aux besoins de subsistance. Le développement de nouvelles institutions et d’une nouvelle organisation des communautés de vie locale est un objectif ouvertement poursuivi. De nombreuses questions cruciales se posent. Ces initiatives communautaires ne risquent-elles pas de s’enfermer ainsi dans un localisme excessif, pouvant verser dans des formes de refus de l’étranger ? Comment ces mouvements (comme les initiatives « bio-régionalistes ») pensent-ils les solidarités au-delà de la communauté de proximité ? L’héritage politique de la justice sociale tend-il à être marginalisé ? Quel statut est accordé à ces communautés ? Quelles nouvelles formes de relation entre économie et politique peuvent émerger de ces expérimentions ? Comment cette approche à la transition par la subsistance est à l’œuvre dans d’autres domaines tels que l’éducation ou la santé ?

 

La thématique des communs (« commons ») qui est de plus en plus investie comme terrain de repolitisations alternatives (Bollier 2014 ; Dardot & Laval 2014 ; Capra & Mattei 2015). Peut- elle occuper une place centrale dans le renouvellement des dispositifs de coopération rendus nécessaire par les initiatives de re-localisation ? Quelle est la place accordée aux idées de « gratuité » et de « réciprocité » dans les expérimentations non-marchandes ? A quelles relectures des expériences et de l’histoire passées conduit la nécessité de repenser le statut des “ressources naturelles” et la nécessité de leur « partage » ? Comment émergent des compositions politiques, acceptables et durables, entre groupes sociaux d’une part, et entre humains et “non-humains” (animaux, végétaux, sols, contrées, etc.) d’autre part ? Quelle est la place respective des expertises savantes, du droit, des “usages” et des rapports de force dans ces processus d’apprentissages collectifs, subis ou choisis ?

 

Ces mouvements font en effet émerger une nouvelle sensibilité aux interdépendances entre humains et non humains et, plus généralement, au vivant, dans toutes ses formes, ce qui conduit à un changement dans la manière de penser et pratiquer la production, notamment agricole mais également dans d’autres domaines (habitat, transport, soin, éducation, etc.). Ce colloque vise à explorer les conséquences de cette prise en compte des interdépendances entre humains et non humains dans ces différents domaines.

 

  1. Récits, métaphores, imaginaires. La transition comme enjeu culturel

 

Les pouvoirs publics envisagent le plus souvent la transition écologique sous la forme d’objectifs à atteindre, au terme d’une action pilotée et évaluée in fine.  Il nous semble que les mouvements sociaux de transition envisagent autrement leur engagement vers un modèle socio-économique soutenable. Avec eux, la transition devient un enjeu proprement culturel, c’est-à-dire une question de « forme de vie » (Laugier 2005, Agamben 2013, Ogien 2015), et non un objectif quantifié à atteindre (Thévenot 2014).

 

Loin d’être moins rationnelles, ou même irrationnelles, ces traductions culturelles de la transition écologique semblent particulièrement fécondes. Les expérimentations plurielles des mouvements sociaux constituent en quelque sorte des laboratoires par lesquels l’enjeu de la transition quitte le statut de problème extérieur, surplombant, presque théorique, pour être retraduite dans la sphère des pratiques concrètes d’une vie quotidienne partagée avec d’autres. C’est le cas des mouvements de sobriété (Semal 2012), des initiatives de collecte de semences paysannes (Demeulenaere 2013) ou des mouvements de politisation des pratiques alimentaires (Siniscalchi 2012). Un enjeu décisif est également celui de l’élaboration de « scénarios » permettant d’anticiper le futur (Chateauraynaud & Debaz, 2012) ainsi que la proposition de nouveaux récits susceptibles donner un sens à la situation présente et à l’avenir collectif, probablement périlleux, qui s’annonce (Stengers 2009).

 

Les travaux rattachés à l’écoféminisme (Larrère 2015, Hache 2017) montrent le rôle décisif de la domination exercée sur les femmes dans la possibilité même de la dynamique du capitalisme. L’attention renouvelée pour la vulnérabilité des capacités humaines (Nussbaum 2002) et la dissémination de la prise en compte de l’importance du “care” comme activité de protection/facilitation des dynamiques vitales dans les sociétés humaines s’inscrivent également dans ce processus de fond (Merchant 1996, Larrère 2013, Laugier 2015, Puig de la Bellacasa 2015). L’attention portée aux interdépendances qui permettent à notre monde de se maintenir conduit à faire émerger de nouvelles manières de se rapporter au vivant, aux plantes, aux animaux, aux bactéries, aux champignons (Tsing 2017). C’est l’idée du « pilotage » ou de « faire avec » la nature (Larrère et Larrère 2015). Comment cette vision collaborative de la relation à l’environnement change la manière de raconter le passé, vivre le présent et imaginer le futur ?  Quels imaginaires sociaux et sociotechniques en découlent ?

 

 

 

Ecologizing Society, Rematerializing Politics

Social Movements and Ecological Transitions

 

The terms ‘socio-ecological transition’ and ‘transition toward sustainability’, generally used in the plural, refer to a systemic transformation to give our societies socio-economic and ecological structures that are both more just and more sustainable (Van den Bergh et al., 2011; Markard et al., 2012; Bourg, Kaufmann & Méda, 2016). There are, however, very different and even conflicting visions of the desired outcome of such process. For instance, the contribution of economic growth to social wellbeing is under debate. More broadly speaking, there are many disagreements as to the relevance of the capitalist, market-based economic model in guiding socio-ecological transitions. Is it best suited to ensuring social and environmental justice? The ideas of a ‘green capitalism’ combining environmentalism and technological innovation (Brand, 2012) are very far from visions of “degrowth” or “a-growth” societies (Van den Bergh & Kallis, 2014).

 

Despite the crucial importance of the political questions raised by the ecological transition, its stakes are most frequently presented in social-science studies as a consequence of the interaction between three main powers and established spheres of practice: science, States and the market. This approach tends to neglect the place of conflicts and of powers in transition processes, as well as the role of social movements.

 

By ‘social movement’, we refer to all non-State and non-market groups that promote certain world transformations based on specific, shared, normative viewpoints. What is important? What is desirable? What is fair? How to found a better common world, better institutions, etc.? Social movements are motivated above all by these central normative and axiological questions. This is the broad definition of ‘social movement’ we have decided to adopt in the Symbios research project (https://symbios.hypotheses.org).

 

For this project, we explicitly wished to distance ourselves from the classical, restrictive definition that primarily describes social movements as the “defence of collective interests” and “promotion of collective aspirations” (Tilly, 1984). This definition is based on the prototype of peasant revolts and the worker movement of the industrial era (Tilly, 1986), essentially considered from the standpoint of their relationship with the State and its transformations (Fillieule, 2009). From our standpoint, the aim of the movement is thus not necessarily limited to the interests and plans of a given social group represented by spokespersons; values are relatively independent from usefulness. In this approach, religious movements (Aberle, 1966) are thus fully recognised as social movements, as well as science (Daston, 1995; Collins, 2004; Pestre, 2010) and moral protests (Blumer 1951, Jasper, 1998; Traïni, 2009), provided that they are committed to transforming reality in some way, according to cultural frameworks and specific practices.

 

The aim of this conference is to discuss the consequences on the ways to conceive collective action’s goals resulting from the awareness of the fact that we live in a “finite world” (Jackson, 2011; Szuba, 2014). The end of the imaginary of infinite growth produces multiple and even contradictory visions of the future.

 

Our primary goal is thus to roughly map the effects on social movements visions, practices and organisations of the emergence of two normative horizons. The first is the sustainability of socio-economic systems and institutions. The second is the widespread “ecologization” of thought and action, which implies learning to take into account the role played by non-human agents and forces in shaping socio-political issues.

 

To that end, we will first focus on what the ecological transition does to social movements. In other words, we will study the various effects of transitional challenges on the activity of social movements. Next, we will invite participants to explore the potentiality of the social movement approach, still relatively rare in literature, to understand ecological transitions, in contrast to the prevailing approaches mentioned previously, which mainly revolve around public action, science and economic actors.

 

This conference thus provides the specialists of contemporary protests and social movements and researchers involved in political ecology, sustainability science and the galaxy of research on socio-ecological transitions with an opportunity to meet and debate on the results of research projects conducted from different standpoints.

 

The discussion will be held around three main themes:

 

  1. The movements and activists of the ecological transition: reconfigurations, emergences, convergences

 

We wish on one hand to understand how former social movements – trade unions, social or environmental non-governmental organisations (NGOs), farmers’ organisations, etc. – deal with the emergence of the ecological transition as a societal concern. Under what form do transitional issues impact the different structures of collective action, as well as their engagement practices? On the other hand, we would like to pay special attention to new movements that have recently emerged in response to transitional challenges such as climate change, local food chains, education on material and energy sobriety…

 

It is also important to understand the alliances formed between these movements, the communication between them and the establishment of networks and ‘networks of networks’ (local, national and transnational). We also invite participants to explore the wide diversity of transitional movements, including ‘paradoxical’ ones such as ‘accelerationist’ movement (Srnicek & Williams, 2016) and the transhumanist movement (Kurzweil, 2007). What frictions are there between all these groups? How, and according to what criteria, should we establish new dividing lines? Under what conditions can the challenge posed by the socio-ecological transition bring various social struggles together? Could it prove a driving force sufficient to renew social and political critique? What is the place of the climate challenge? Attention should also be paid to the practical means of engagement (both individual and collective) and the ways of disseminating information.

 

We shall also undertake an in-depth examination of relevant sociographic properties that will enable us to describe the profiles of the persons and groups belonging to these movements.

 

 

  1. The materialization and localization of social critique: rethinking subsistence and our link with the living environment

 

The need for a socio-ecological transition has raised issues that imply a profound reorganisation of the intellectual frameworks and the practices that have underpinned the activity of social movements since the beginning of the industrial revolution, as well as their idea of social justice. Social movements must consider previously ignored constraints affecting social protest, such as flows of materials, resources and energy. How is social critique rematerialized? What are the difficulties? What erudite categories and specific frameworks enable us to envisage social justice in a finite world, both globally (in north/south relations) and locally? Is the concept of “new materialism” (Pellizzoni 2015) fitting and sufficient to characterise this renewal? What transformations must the 19th-century intellectual and protestatory devised by proletarian, socialist and Marxist movements undergo (Barca & Bridge, 2015; Hornborg, 2015)?

 

The issue of subsistence has regained centrality in debates about social justice (Bennholdt-Thomsen & Mies, 2000; Martinez Alier, 2013). Food, self-produced energy, self-built housing and repair practices are becoming motives for collective action. It is not just a matter of choosing lifestyles or practising a critical consumerism. ‘Neo-materialist’ movements (Schlosberg & Cole, 2016) attempt to create new collectively organised responses to subsistence needs. Developing new institutions and organising local communities in a new way are openly pursued goals. This raises many crucial questions. Do these community initiatives not run the risk of becoming excessively local, creating forms of exclusion? How do these movements, such as ‘bioregionalist’ initiatives, consider solidarity, beyond the nearest community? Is there a tendency to marginalise the political heritage of social justice struggles? What status is granted to these communities? What new forms can the relationship between economy and politics take following these experiments? How can the subsistence approach to transition be implemented in other areas such as education and health?

 

The notion of commons is increasingly being explored as an alternative political form (Bollier, 2014; Dardot & Laval, 2014; Capra & Mattei, 2015). Could it play a central role in renewing the cooperative mechanisms required by initiatives that aim at re-ground locally the response to subsistence needs? What is the place given to the ideas of ‘gratuity’ and ‘reciprocity’ in non-market experiments? What re-examinations of past experience and history are required to rethink the status of natural resources and the need to share them? How do acceptable, sustainable political forms emerge between social groups on one hand and humans and ‘non-humans’ (animals, plants, soil, lands, etc.) on the other? What are the respective places of scholarly expertise, law, practices and the balance of power in these procedures of collective, passive or chosen learning?

 

These movements instil a new awareness of the forms of interdependence between humans and non-humans, and, in general, of life processes, in all their forms, leading to a change in the way of planning and practising production – agricultural in particular, but also in other fields: housing, transport, care, education, etc. The aim of this conference is to explore the consequences of the new awareness of the interdependence between humans and non-humans in these different fields.

 

  1. Narratives, metaphors and ideas: transition as a cultural stake

 

Public actors often see the ecological transition as a set of goals to achieve by means of  planned actions submitted to evaluation. It seems to us that transitional social movements see their commitment to a sustainable socio-economic model in a different light. For them, the transition is, above all, a cultural endeavour: it is relate to the emergence of a ‘form of life’ (Laugier, 2005; Agamben, 2013; Ogien, 2015) and not a quantifiable goal that must be attained (Thévenot, 2014).

 

Far from being less rational or even irrational, these cultural interpretations of the ecological transition seem particularly productive. The numerous experiments conducted by social movements can be seen as laboratories in which the challenge of transition is no more an overarching exterior and almost theoretical problem but a matter of the practicalities of shared everyday life. That is the case of sobriety movements (Semal, 2012), initiatives to collect farmers’ seeds (Demeulenaere, 2013) and movements aiming to politicise food practices (Siniscalchi, 2012). Another decisive issues are the imagination of “possible scenarios” of the future (Chateauraynaud & Debaz, 2012) and the proposals of narratives able to give (another) meaning to our present and potentially perilous common future (Stengers, 2009).

 

The eco-feminist perspective (Larrère, 2015; Hache, 2017) shows the decisive role of the domination women are subjected to in the very possibility of the capitalist dynamic. Renewed attention to the vulnerability of human capacities (Nussbaum, 2002) and disseminating the importance of ‘care’ as an activity of repair and maintenance of vital dynamics in human societies are also part of this background process (Merchant, 1996; Larrère, 2013;; Laugier, 2015; Puig de la Bellacasa, 2015). The attention paid to the forms of interdependence that uphold our world has contributed to the emergence of new ways of relating to life and to notice “latent allies” such as plants, animals, bacteria and fungi (Tsing, 2017). The idea is to ‘have a way, make do and work with’ (faire avec) nature (Larrère and Larrère, 2015). How does this collaborative vision of our connection with the environment change our way of narrating the past, experiencing the present and imagining the future? What social and sociotechnical ideas could come from it?

Programme des Journées d’étude des 13-14 juin 2018

L’exemplarité comme engagement politique

Quêtes de cohérence, pratiques anticipatrices et construction du collectif dans les mouvements sociaux contemporains

13-14 juin 2018

Journées d’étude internationales

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace, MISHA

5, allée du Général Rouvillois, Strasbourg  (station de tramway : Observatoire)

 

Salle des Conférences

Organisée par Marie Balas (Université de Strasbourg, DynamE), Sylvie Ollitrault (CNRS, Arènes, Rennes) et Gildas Renou (SAGE), dans le cadre du projet ANR “SYMBIOS” : “Les mouvements sociaux de transition vers une société sobre”.

Projet coordonné par Gildas Renou  (Université de Strasbourg / SAGE) et Laura Centemeri (CNRS / CEMS), soutenu par le Programme ANR “Transition écologique, transformation sociétale, risques et opportunités” (DS0103- 2014)

Programme

Mercredi 13 juin 2018

9h30 – Café d’accueil des participants

10h – Accueil par Marine DE LASSALLE, Directrice du laboratoire SAGE.

Introduction de la Journée : Gildas RENOU, Marie BALAS et Sylvie OLLITRAULT

10h15-11h30

Décroissance et véganisme : la pratique des idéaux

Session 1, modérée par Sylvie OLLITRAULT (UMR Arènes, Rennes)

« Moins mais mieux » ? L’engagement pour la décroissance : exemplarité en pratiques et multipositionnalité militante, Arnaud MEGE (Université de Poitiers, GRESCO).

Les véganistes contre les antispécistes ? L’espace de la cause animaliste abolitionniste en France au regard de la pluralité des formes de problématisations des pratiques quotidiennes, Nicolas POIREL (Université Paris-Dauphine, PSL, IRISSO).

Keynote lecture – 11h30

L’action exemplaire : aspects théoriques et pratiques dans les mouvements sociaux protestataires, Isacco TURINA (Università di Bologna).

 

14h30-15h40

L’habitat vertueux

Session 2,  modérée par Philippe HAMMAN (Université de Strasbourg, SAGE)

La démonstration par l’exemple comme méthode de réforme sociale : étude de quelques lieux d’habitat rural, coopératif et écologique, Madeg LEBLAY (Université de Rennes 1, ARENES).

L’exemplarité à l’épreuve dans deux structures promouvant l’habitat participatif, Bruno LAFFORT (Université de Bourgogne-Franche-Comté, CRIT).

16h-17h10

Activisme du croire / activisme du faire

Session 3, modérée par Jean-Philippe HEURTIN (Université de Strasbourg, SAGE)

Réussites et obstacles de la stratégie de l’exemplarité suivie par les militants catholiques écologistes, Ludovic BERTINA (GSRL, EPHE, Paris).

Communauté apostolique et prophétie exemplaire : dynamiques d’Islam marginal, Hamza ESMILI (EHESS, Centre Maurice Halbwachs).

14 juin 2018

9h30-10h40 

Exemplarité alimentaire

Session 4, modérée par Laurence GRANCHAMP (Université de Strasbourg, DynamE)

Manger sain » : l’alimentation-santé comme engagement pour l’avenir, Camille ADAMIEC (INRA, Alimentation et Sciences Sociales, Ivry).

De si discrètes résistances… Un militantisme intestinal, Emmanuelle LEFRANC (EHESS, IIAC-Centre Edgar Morin).

10h55-11h40

Virtuosité et minorité religieuses

Session 5, modérée par Marie BALAS (Université de Strasbourg, Dyname)

Lallab, la visibilité comme vecteur d’émancipation des femmes musulmanes ?, Fatiha KAOUES (GSRL, EPHE, Paris).

Régénération du catholicisme intégral par l’adoption des pratiques ascétiques séculières issues de l’écologie politique,  Josselin TRICOU (Université Paris 8, LEGS).

12h10-13h

Conversation conclusive

Contacts : G. Renou gj.renou@gmail.com et M. Balas balas@unistra.fr

Site du projet SYMBIOS, financé par l’ANR (projet Jeune Chercheur 2014)

https://symbios.hypotheses.org/

Adresse de la MISHA : 4, allée du général Rouvillois, Strasbourg (près du Collège Doctoral Européen). Station de tramway : « Observatoire ».

Evénement soutenu financièrement par l’UMR SAGE et l’ANR (projet Symbios).

Appel à communication : Journée d’Etude du mercredi 13 juin 2018, Strasbourg

Appel à communications / Call for Papers

 

L’exemplarité comme engagement politique

 

Quête de cohérence, pratiques anticipatrices et construction du collectif dans les mouvements sociaux contemporains

 

Journée d’étude internationale, Strasbourg

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace (MISHA)

5 allée du Général Rouvillois

 

13 juin 2018

 

Organisée par Gildas Renou (politiste, UMR SAGE), Marie Balas (sociologue, UMR Dyname) et Sylvie Ollitrault (politiste, UMR ARENES).

 

Manifestation scientifique soutenue par :

Le projet ANR Symbios – « Les mouvements sociaux de transition écologique ». Projet coordonné par G. Renou (Université de Strasbourg) et L. Centemeri (Cnrs), financé par le Programme ANR « Transition écologique, transformation sociétale, risques et opportunités (DS0103) 2014, référence projet : ANR-14-CE03-0005.

Le laboratoire SAGE (Umr CNRS n°7363, Université de Strasbourg)

Le laboratoire ARENES (Umr CNRS n° 6051, Rennes).

 

Comité scientifique : Marie Balas (Université de Strasbourg, Dyname), Sylvaine Bulle (Labtop/Cesspra, Paris-8), Isabelle Hajek (Université de Strasbourg, UMR SAGE), Philippe Hamman (Université de Strasbourg, UMR SAGE), Jean-Philippe Heurtin (Université de Strasbourg, UMR SAGE), Sylvie Ollitrault (CNRS, UMR Arènes, Rennes), Gildas Renou (Université de Strasbourg, UMR SAGE), Mathilde Szuba (IEP de Lille, CERAPS), Luc Semal (Muséum National d’Histoire Naturel, Paris, CESCO), Johanna Siméant (ENS, Centre Maurice Halbwachs, Paris).

 

 

 

Date limite pour l’envoi des propositions de communication (environ 8000 caractères)

le 7 avril 2018.

 

Aux deux adresses : Exemplarite2018@gmail.com

Gildas.renou@misha.fr

 

 

Argument

 

Dans la sociologie des religions de Max Weber, le « prophétisme exemplaire » renvoie au « modèle » d’une forme de vie exigeante pouvant conduire au salut (Weber 1996, Turina 2006) Transposé à l’activisme contemporain, le concept d’exemplarité peut s’avérer heuristique pour l’analyse certains mouvements sociaux et politiques qui, en faisant reposer le « salut social » sur l’adoption d’un ensemble de pratiques quotidiennes, proposent  un modèle d’engagement structurant l’existence personnelle. A côté de la vie professionnelle et de la sphère religieuse, le militantisme peut en effet constituer un espace possible de « réalisation de soi » et de ce que Weber nommait les « biens de salut » (Siméant 2009), qui ne renvoient pas nécessairement à un horizon de type religieux (Colliot-Thélène 1995, Heurtin 2014), si on les conçoit comme des modalités, socio-historiquement inscrites, d’(auto-) justification de sa propre existence (Bourdieu 1997).

La logique de l’exemplarité implique une exigence d’appropriation personnelle de la cause embrassée, dès lors irréductible au rôle militant. Elle repose, et c’est central, sur une forte dynamique de pari (par définition incertain) gageant un effet d’entraînement de sa propre action sur celle d’autrui. Cet effet est susceptible de rendre possible un avenir souhaité, ou d’empêcher un futur redouté d’advenir. Ainsi envisagée, l’exemplarité nous paraît faire partie de ces voies contemporaines de politisation, discrètes au point d’apparaître comme « infra-politiques », qui sont explorées activement aujourd’hui, dans l’espace des mouvements sociaux, pour construire des mobilisations collectives sur des modes alternatifs aux modèles classiques, réputés « en crise ». On y repère en effet des modes de sensibilisation, de fidélisation et d’enrôlement qui, touchant au « personnel », au « privé » voire au « sensible » (Demeunelaere 2013, Centemeri 2018), échappent aux formats traditionnels sur lesquels étaient fondés le militantisme de masse ou, du moins, les principes abstraits censés le réguler. On pense en particulier à la représentation par délégation (Bourdieu 1981, 1984 ; Pudal 1989 ; Ethuin 2004) et au cadre « civique/étatique » (Thévenot 2014; Colin-Lebedev 2017).

Parmi les mouvements sociaux travaillés par la dynamique de l’exemplarité personnelle, la Journée d’étude invite à prêter une attention privilégiée aux mouvements dont l’engagement est motivé par l’anticipation et la préparation d’un avenir alternatif à l’horizon socialement dominant. Cet engagement réunit au moins trois caractéristiques : il s’opère au moins autant en pratique(s) qu’en discours ou en conviction ; il doit être sans cesse réactivé au présent, jour après jour ;  il s’inscrit dans des processus pleinement collectifs, même si ces derniers, souvent expérimentaux voire tâtonnants, ne prennent que rarement les formes classiques d’organisation des groupes.

Exemplarité et activisme anticipateur

La dynamique de politisation par « anticipation et préparation » de l’avenir est entendue ici sur un mode extensif. Elle renvoie d’abord aux mobilisations animées par l’ambition de transformer la société en prenant en compte l’enjeu de la « soutenabilité écologique » et de la « durabilité » (Vivien 2007, Pestre 2011, Felli 2016). Depuis le début du XXIème siècle, marqué par la mise en évidence d’une crise climatique et environnementale structurelle sur le plan planétaire (Steffen, Crutzen & McNeill 2007, Bonneuil & Fressoz 2013), de nombreux mouvements d’ordre et d’amplitude variés se sont constitués. Ils visent à préparer, selon des modalités fort différentes, l’émergence d’autres modèles d’organisation socio-économique qui seraient moins destructeurs des conditions de la vie humaine dans la biosphère, que ceux qui ont été développés dans le cadre du métabolisme social en vigueur depuis l’ère industrielle et surtout depuis la « grande accélération » de l’après Seconde Guerre mondiale (Martinez-Alier & alii 2014, Bourg & Arnsperger 2017). On pense ici aux mouvements contemporains de transition écologique et climatique (Frère & Jacquemain 2013, Dielts & Garrets 2014), au réseau transnational des Villes en Transition (Hopkins 2010). On pense aussi aux alternatives pour une décroissance soutenable (Asara & alii 2015, Flipo 2017), aux mouvements anti-gaspillage (Hajek 2009), au mouvement anti-OGM (Hayes 2007, Muller 2009), aux mouvements de sobriété et de promotion du « rationnement convivial » (Szuba & Semal 2010, Semal 2015). Dans le domaine de l’alimentation, on doit citer l’émergence du food activism (Sinischalci 2010) et la nébuleuse créative de l’agroécologie (Deléage & 2012, Demeulenaere 2014, Foyer 2018)…. Ces mouvements développent des types d’organisation et de participation militante dont les caractéristiques particulières sont encore insuffisamment étudiées. Loin de clichés romantiques liés au « retour à la terre », certains d’entre eux empruntent des instruments au monde du marché globalisé (notamment les nouvelles technologies de communications) ; ils expérimentent des modes de construction des collectifs soucieux des singularités et libertés individuelles reprenant des éléments à la culture do-it yourself et punk (Hein 2012), mais aussi aux traditions libertaires, non-violentes, etc. (Collectif Mauvaise Troupe, 2014), tout en affichant des ambitions de transformation systémique des modes d’existence. Ce faisant, ils tendent à se distinguer de l’aspiration à l’abondance matérielle qui caractérise la plupart des visions politiques du progrès développées au XXème siècle (Aykut 2015).

L’activisme anticipateur peut aussi prendre, plus largement, d’autres chemins,  comme ceux de l’imagination et de la construction d’alternatives aux cadres de société dominants, sur le modèle plus classique de l’expérience utopique. Dans le cours des derniers siècles, l’élaboration d’alternatives sociopolitiques a en effet été expérimentée, sous le nom d’utopie sociale, par des générations successives de mouvements religieux chrétiens, du monachisme aux sectes protestantes (Séguy 1971), puis par les mouvements socialistes dits « utopiques » (fouriéristes, anarchistes, etc., voir Riot-Sarcey 1998, Mercklé 2006). Plus récemment, l’utopie néo-rurale (Hervieu & Hervieu-Léger 1979, 1983), l’utopie communautaire (Lacroix 1981) et autogestionnaire (Georgi 2003) ont constitué des expériences marquantes des années post-1968 (Siméant & Pagis 2017, Gobille 2017). Parmi les initiatives actuelles relevant de l’utopie anticipatrice, on peut intégrer les mouvances contemporaines d’explorations d’alternatives au capitalisme global, comme les luttes “zapatistes” du Chiapas, au Mexique (Baschet 2014), ou les  opérations de « sécessions » contre la construction d’infrastructures, comme à Notre-Dame-des-Landes (Pruvost 2017). Les expérimentations politiques et spatiales menées par les « Indignés » à Madrid ou par le mouvement Occupy à New York (Juris 2012) ressortissent également de ce registre d’élaboration d’alternatives. Les mouvements de défense de la cause animale (Traïni 2012) et Vegan (Cherry 2006) partagent cette caractéristique du pari de l’anticipation d’un nouveau monde : celui où l’alimentation carnée deviendrait impensable.

Au-delà des seuls mouvements engagés explicitement ou non dans un processus de « transition » vers un autre monde, cette journée invite à s’intéresser aux pratiques contemporaines d’engagement fondées sur l’exemplarité individuelle et l’anticipation de futurs alternatifs. Souvent localisés et de faible ampleur, ils se développent selon des modalités qui semblent les placer sous la plupart des « radars » mis au point par la sociologie politique. Cette visibilité réduite s’explique aussi par le faible investissement public de ces revendications (au regard des standards historiquement constitués par le mouvement ouvrier, les mouvements démocratiques ou révolutionnaires), et par leur forte dimension morale et personnalisée (Jasper 1997,  Comby 2015). Nous faisons l’hypothèse que l’étude ces transformations relève pleinement de la sociologie politique des mouvements sociaux, et non de la seule « sociologie des styles de vie » qui concernerait des pratiques a priori conçues comme relevant de la sphère « privée » (la consommation, le soin, l’alimentation, les pratiques de loisirs, la mobilité, etc.). En effet, on y retrouve des  idées de « résistance » à un ordre dominant du monde ainsi que l’ambition d’une transformation systémique d’amplitude globale. Celle-ci peut prendre la figure du sauvetage d’un monde qui va au collapsus, à la catastrophe (Stengers 2009 ; Semal 2012 ; Servigne & Stevens 2014). Cette thématique de l’entrée dans un âge de catastrophes est particulièrement développée le cas de certains militantismes climatiques (Dielts et Garrelts 2016), écologiques (Ollitrault 2004, Ollitrault & Villaba 2014), ainsi que dans les Zones à défendre (Bulle 2017, Dechezelles 2017). Mais le degré de formalisation du modèle alternatif valorisé varie grandement, le long d’un spectre qui va du plus « personnalisé » et sectorisé à une seule sphère d’activité, vers le plus « communautarisé », le plus intégrateur et le plus totalisant.

A titre indicatif, nous proposons les axes thématiques suivants à la discussion commune.

 

  1. Repolitisation, dépolitisation, a-politisation ?

Dans ces mouvements anticipateurs, les manières de participer à la cause commune et d’élaborer une expression, voire une contestation politique, paraissent diverger d’avec le modèle des organisations de masse. En effet, on remarque une faiblesse relative de l’usage des technologies de  représentation par délégation. Cette faiblesse est probablement compensée par d’autres manières de construire et de représenter la cause et le groupe. On pourra explorer d’abord l’hypothèse de la centralité accordée de la représentation par l’exemple donné « en personne » dans ces mouvements. On pourra aussi repérer la place de la figuration des futurs possibles (désirables ou craints) qui s’y développent et qui structurent l’action. On pourra aussi étudier l’importance que prend (ou non) la thématique du “commun” et des “communs” dans ces mouvements qui expérimentent d’autres manières de composer des alternatives politiques en dehors du champ politique institutionnalisé (Le Roy 2012, Dardot & Laval 2014, Gutwirth & Stengers 2017, Judde de Larivière & Weisbein 2017).

Les évaluations relatives à la diffusion de ces formes de ce qu’on peut nommer un activisme anticipatif alternatif sont contrastées. Refusant la monopolisation institutionnalisée de l’expression politique, se donnant comme polycentriques et non-hiérarchiques, les mouvements qui valorisent, à l’image de Thoreau et de Gandhi,  “l’exemplarité personnelle” et “l’objection de conscience” sont parfois envisagés comme les vecteurs d’un approfondissement bienvenu du principe démocratique, moins autoritaire et plus respectueux de chacun que sa modalité fondée sur le principe de décision à la majorité (Laugier & Ogien 2010, 2014). D’un autre côté, il est difficile de contester qu’ils participent à un processus d’ « individualisation des problèmes publics » (Comby & Grossetête 2014 ; Comby 2014, 2015 ; Neveu 2015), qu’on peut voir comme synonyme de dépolitisation et de désinvestissement des pouvoirs publics de ses missions de cohésion sociale, notamment face aux forces économiques privées. La diffusion de ces caractéristiques peut même être analysée comme le symptôme d’une progressive marchandisation du politique, au sens où les sensibilités politiques qu’elles représentent (Vegan, Bio, Commerce Equitable, etc.) peuvent être assimilées à autant de niches commerciales pour des produits de consommation qui font l’objet de stratégies marketing, tendant du même coup à réduire l’engagement à un ensemble de pratiques de consommation. »

Ces tendances à la moralisation et la personnalisation de l’engagement ne peuvent-elles aussi être lues comme le résultat indirect des retraits successifs de l’Etat face au marché, via des décisions conduisant au désinvestissement des services publics et à l’affaiblissement des solidarités organisées ? Cette journée sera donc aussi l’occasion de  tester des outils pour saisir des transformations sociales qui enchevêtrent  le plus intime (« le soi » et sa fragilité) et le plus structurel (le processus ininterrompu de néo-libéralisation conjointe des Etats, des économies et des individus dans nos sociétés).

 

2)  De l’Etat à la praxis localisée : quel lieu pour le changement socio-politique ?

D’après la littérature disponible, on décèle dans la plupart de ces mouvements une  défiance  manifeste envers les pouvoirs publics, jugés trop perméables aux intérêts des grandes entreprises et à la perpétuation du « business as usual ». Vus comme solidaires d’une volonté de pérennisation d’un modèle socio-économique dominant essoufflé (au plan alimentaire, énergétique, éducatif, etc.), l’État et les pouvoirs publics semblent souvent perçus comme étant structurellement de moins en moins capables d’assurer la défense du bien commun : changement d’organisation socio-économique, garantie de la justice sociale entre groupes sociaux et territoires, anticipation des catastrophes climatiques à venir etc. (Re)prendre en charge les préoccupations de bien commun dans le champ des pratiques quotidiennes individuelles et de façon localisée apparaît alors comme une réponse adaptée à l’insuffisance des transformations induites par l’action publique.

Le domaine de la praxis semble ainsi perçu et élaboré comme un espace privilégié d’actualisation d’une conscience morale et politique, ainsi que de la mise en commun de la contestation d’un ordre dominant. Sur quelles bases s’opère cette contestation ? On observe une recherche de rationalisation praxique, entendue ici comme mise en cohérence logique et pratique entre la vie quotidienne et la cause poursuivie. Ce travail de mise en cohérence emprunte souvent un parcours que l’on peut qualifier d’ « ascétique », en tant qu’il rompt avec un passé dévalué et tend vers une « forme de vie » idéalisée (Agamben 2013), voire une paideia collective (Barthes 2002). On y observe parfois une attention à la ritualisation des pratiques, voire l’intégration de dimensions spirituelles, souvent absentes des mouvements sociaux classiques (Houseman 2011).

L’idée grandissante de la « fin d’un monde » (industriel, croissant, protecteur, stato-national, etc.) et la symétrique diffusion du mot d’ordre de la transition des modes de vie (transition écologique, mais aussi énergétique, alimentaire, etc.) paraît constituer un contexte favorable à ce type d’activisme pour lequel chaque acte quotidien, routinier, s’évalue à l’aune de principes supérieurs, organisateurs d’une nouvelle forme de vie souhaitable. Plus encore dans les années 2000 que dans les décennies précédentes, ce contexte semble inciter à inscrire des aspirations au changement dans les façons de vivre de chacun, « au quotidien » (Pruvost 2017), souvent sur le mode de la responsabilité individuelle. Il importera donc de rendre compte des paradoxes de cette politisation des modes de vie, de soin, d’alimentation, de logement, etc., censés être individuellement choisis, mais difficilement modifiables pour des raisons structurelles, et de les analyser pour explorer un angle mort des études sur la politique contestataire (Haenfler, Johnson & Jones 2014).

De même, la façon dont la modestie de l’horizon local de nombreuses initiatives fait l’objet de revalorisation pourra constituer un angle d’étude pour les communications. Ces revalorisations ne participent-elles pas à ce déplacement du théâtre des opérations politiques qui, à la confluence de différentes traditions politiques (libertaires, religieuses, etc.) ne place plus l’appareil d’Etat comme la clé de voûte privilégiée du changement sociopolitique ?

 

 3) Quête individuelle et impératifs de co-construction de la cause

 

Le fait que la mise en cohérence discursive des formes d’engagement dépende plus fortement d’une activité personnelle ne signifie pas que l’on passerait d’une forme « contrainte » d’engagement à une forme « libre » ou « souple », ni que les logiques structurelles (de type classiste, territoriale ou genrée) s’étioleraient, voire disparaîtraient du tableau. La prise en compte des dynamique de personnalisation ne conduit pas mécaniquement à l’adoption de la  thèse  de l’avènement du « militant distancié », mû par des valeurs post-matérialistes (Ion 1997, pour une critique : Collovald 2002 et Lefebvre 2012). Il importe d’abord de repérer empiriquement les recompositions des processus d’affiliation sociale (à une classe ou un groupe de référence) qui sont à l’œuvre dans les engagements exemplaires et anticipateurs. Même rendus plus difficilement dicibles dans les sociétés dont le projet individuel constitue une pierre de touche (Brévigleri 2008), ils ne disparaissent pas, mais se déplacent.

Si l’exemplarité individuelle de la pratique quotidienne devient un enjeu majeur dans ces mouvements, il importe de se demander à quelle publicité est soumise cette exemplarité. L’activiste exemplaire est-t-il vraiment contraint par la cause et le collectif auquel il se rattache ? Quelle est la consistance de collectifs dans lesquels l’horizontalité et l’autonomie individuelle sont célébrées ? Comment s’opèrent les dynamiques de constitution du commun dans des dispositifs militants qui paraissent fortement configurés par l’individualisme libéral, apparentés aux dispositifs de « démocratie participative » (Berger 2017 ; Carrel & Talpin 2017) ? Quelle est l’importance de la référence à la conscience individuelle dans la mise en récit de l’engagement ? La recherche  de cohérence logique et cognitive (Festinger 1962) entre les différents rôles sociaux joués par les agents est-elle investie par les militants ? Comment et à quelles conditions  s’opèrent les arrangements personnels avec les objectifs de la cause ? Comment s’opèrent les négociations avec l’environnement social immédiat des activistes ? Des archipels de réseaux constitués par des formes de vie compatibles (sur le plan alimentaire, moral, etc.) ne tendent-ils pas se constituer de façon indirecte ?

Le travail d’enquête importe pour saisir mieux le caractère probablement beaucoup plus social et plus collectif de ces activismes qui tendent à se donner à voir de façon privilégiée comme des engagements découlant d’une prise de conscience individuelle. Il permet de saisir à comment s’exercent des régularités sociales, des formes d’influence, des dynamiques d’entraînement et de légitimation.

 

4) Exemplarité et réseaux numériques

Les contributeurs et contributrices pourront s’attacher à décrire  la médiation particulière que constitue le réseau Internet, intelligible comme source d’informations, d’exemples mais aussi comme lieu discret de quêtes individuelles de conseils, voire de liens avec d’autres (forums en ligne, blogs, réseaux sociaux…). Cette attention peut également interroger la thèse du passage à une « société de réseaux » (Castells 2007), qui tend faire dépendre prioritairement les transformations de la contestation de la mutation des infrastructures technologiques.

 

5) Dimensions sociographiques

Les dimensions de générations, de trajectoires et d’âge de la vie offrent un axe d’étude important, afin de mieux circonscrire et contextualiser les transformations décrites. Certains âges de la vie, en particulier l’entrée dans l’âge adulte, prédisposent à la recherche mise en cohérence de l’identité, pour des raisons qui touchent à la fois à la construction psychique (Erikson 1974) et à la « disponibilité biographique » (McAdam & Paulsen 1993). Des travaux ont ainsi montré que l’engagement dans les mouvements à dimension catastrophiste peut se révéler plus difficile à assumer socialement, voire psychologiquement, pour des individus ayant de jeunes enfants à charge (Semal 2012). De même, il importera d’identifier les groupes sociaux les plus concernés par le développement des logiques d’exemplarité dans l’engagement. Ces processus sont-ils l’expression de transformations qui touchent d’abord et surtout les milieux urbains, fortement dotés en capital culturel ? Renvoient-ils à des stratégies individuelles répondant à l’échec de mobilisations traditionnelles ?  Peut-on les caractériser les formes contemporaines d’activisme exemplaire et anticipateur comme relevant d’un « militantisme de classe » ?

 

6)  Idiosyncrasies intellectuelles et recompositions idéologiques

Le slogan « agir localement pour changer globalement » est largement ré-utilisé par les mouvements qui tentent d’expérimenter et de faire émerger un “futur alternatif ». Cette dissémination est révélatrice des attitudes anticipatrices que l’on tente d’explorer dans cette journée. On suggère de s’intéresser aux façons dont ces activistes et ces mouvements « bricolent » des cadres et des boussoles d’orientation, en se nourrissant de lectures hétéroclites. Y figurent notamment des auteurs issus de la contre-culture de sensibilité écologiste des années 1970 (J. Ellul, I. Illich, C. Castoriadis, A. Gorz), voire de la mouvance libertaire (M. Bookchin). Ces lectures se mêlent à des références contemporaines (P. Rabhi, R. Hopkins, V. Shiva, S. Latouche…) et à des thèmes (« ancrage », « relocalisation », « autarcie », etc.) qui peuvent être appropriés par des mouvements visant l’émancipation comme par des mouvements réactionnaires (du type “Vérité et réconciliation” ou, dans un autre registre, de l’écologie dite “intégrale” de la revue Limite créée dans le sillage de La Manif Pour Tous).

Certains mouvements accordent une importance à des pratiques traditionnellement décrites comme « spirituelles », auxquelles la sociologie de mouvements sociaux doit sans doute apprendre à donner une place véritable. Enfin, les communications pourront aborder l’étude des usages contextuels de ces textes qui, à leur façon, construisent des idéaux d’exemplarité personnelle. Ne peut-on pas aussi envisager les mouvements comme des cadres facilitant l’adoption de « techniques de soi » qui sont au principe de conduites de subjectivation, visant à la fois la transformation de soi et celle du monde, comme dans certains courants ascétiques ou religieux (Turina 2006, Foucault 2008) ?

 

Cette journée d’étude entend mener une réflexion collective à partir de la restitution de résultats de recherche d’enquêtes empiriques menées sur des points abordés dans cet appel. Les cas étudiés peuvent porter sur des mouvements ou des activismes ancrés en France, mais aussi ailleurs en Europe. Les propositions doivent proposer un titre et présenter l’objet et la base empirique (enquête, corpus de textes, etc.) de la communication, ainsi que les références bibliographiques des travaux mentionnés.

Toutes les propositions seront examinées avec attention.

Les propositions de communication (environ 8000 caractères) sont à envoyer pour le 7 avril 2018 aux l’adresses suivantes :

Exemplarite2018@gmail.com

grenou@unistra.fr

 

Les auteurs des propositions seront informés du résultat du processus de sélection le 14 avril 2018.

 

L’envoi d’un texte de support de la communication (environ 4 pages diffusées aux participants des Journées) sera attendu pour le 2 juin.

 

 

Mots clés : anticipation, exemplarité, cohérence, localisation, individualisation des problèmes publics, militantisme, radicalisation, sobriété, frugalité, dés-institutionnalisation, mouvements sociaux, transition écologique, utopies, politisation de la praxis.

 

Texte de l’Appel en format pdf :

CFP AAC Exemplarite & MS JE 13juin2018a

Page Symbios :

https://symbios.hypotheses.org/34

 

Références :

 

Agamben G., 2013, De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie, trad., Rivages.

Agrikoliansky E. 2017, “Les ‘carrières militantes’”, in Fillieule O., Haegel F. & alii, ed., Sociologie plurielle des comportements politiques, Presses de Sciences Po.

Aiken, G., 2012, « Community Transitions to Low Carbon Futures in the Transition Towns Network », Geography Compass 6/2, p. 89–99

Alexander S. & Ussher S., 2012, « The Voluntary Simplicity Movement », in Journal of Consumer Culture.

Arnsperger C. & Bourg D., 2017, Ecologie intégrale. Vers une économie permacirculaire, PUF.

Asara V., Otero I., Demaria F., Corbera V., 2015,  “Socially sustainable degrowth as a social–ecological transformation: repoliticizing sustainability”, Sustainability Science, Volume 10, Issue 3, p. 375–384.

Aykut S., 2015, « Les limites du changement climatique », Cités, n°63.

Baschet, J., 2014, “Autonomie, indianité et anticapitalisme : l’expérience zapatiste”, Actuel Marx, n°56, p. 23-39.

Barbot J. & Dodier N., 2010, « Violence et démocratie au sein d’un collectif de victimes. Les rigueurs de l’entraide », Genèses, 81, p. 84-103.

Barthe Y., 2010, « Cause politique et « politiques des causes ». la mobilisation des vétérans des essais nucléaires français », Politix, 91, 77-102.

Barthes, R., 2002,  Comment vivre ensemble. Cours et séminaires au Collège de France (1976-1977), Seuil.

Bayart J.F., 2004 , « Total subjectivation », in Bayart J.F. & Warnier J.P., dir., Matière à politique, Karthala, coll. Recherches internationales.

Bayon D., Flipo F., Schneider, 2012, La décroissance, La Découverte.

Bennett, W. L. 1998, « The Uncivic Culture: Communication, identity, and the rise of lifestyle politics », Political Science and Politics, 31(4): 740–761.

Berger P.L., 1966, « Identity as a problem in the sociology of knowledge », European Journal of Sociology, 7, 1.

Berger M., 2012, « La démocratie urbaine au prisme de la communauté, Effervescence, emphase et répétition dans la vie civique à Los Angeles », Participations, 49-77.

Boucher J.L., « The logics of frugality: Reproducing tastes of necessity among affluent climate change activists », Energy Research and Social Science, 31, p. 223-232.

Bourdieu P., 1981, “La représentation politique”, Actes de la Recherche en Sciences sociales, vol. 36.

Bourdieu P., 1984, “La délégation et le fétichisme politique”, Actes de la Recherche en Sciences sociales, vol. 52.

Boudrieu, P., 1997, Méditations pascaliennes, Seuil.

Bourg D., 2014, « Droit et défis écologiques du long terme », Revue juridique de l’Environnement.

Bréviglieri M. 2008, « L’individu le proche et l’institution. Travail social et politique de l’autonomie », Informations sociales, n°145.

Bulle S., 2017, “ZAD”, in Cornu M., Orsi G.,, Rochfeld J. (dir.), Dictionnaire critique des communs, PUF.

Cardona, A., 2014, « Le développement de l’agriculture biologique : effets directs et indirects dans le monde agricole et non-agricole. Une enquête en Île-de-France », Economie rurale, n°339-340, p. 183-194

Carrel M. & Talpin J., 2012, « Cachez ce politique que je ne saurais voir ! Ethnographie des conseils de quartier roubaisiens », Participations, 4, p. 179-206.

Centemeri L., 2011, « Retour à Seveso. La complexité morale et politique du dommage à l’environnement », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66, p. 213-240.

Centemeri L., 2018  « Health and the environment in ecological transition. The case of permaculture », in Gaille, M., ed., Environment, Health and Disease, Springer.

Céfaï D., « Comment se mobilise-t-on ? », Sociologie et société, Volume 41, Numéro 2, automne, 2009, p. 245–269.

Chateauraynaud F. & Debaz, 2013, J., « Scénariser les possibles énergétiques. Les gaz de schiste dans la matrice des futurs », Mouvements, n°75, 53-39.

Chatterton P. et Pichering, « Everyday activism and transition towards post-capitalist worlds, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 35, 4, p. 475-490.

Cherry E., 2006, « Veganism as cultural movement », Social Movement Studies, 5, 2, p. 155-170.

Christen G., “L’agriculture « verte » : rupture ou continuité avec le modèle individualiste technicien ?”, in Hamman, P., dir., 2017.

Collectif Mauvaise Troupe, 2014, Constellations. Trajectoires révolutionnaires du jeune XXIème siècle, Editions de l’Eclat.

Colin-Lebedev, A., 2017, “La Protestation Postsoviétique et les Grammaires de L’action Collective. Une Comparaison Entre la Russie et L’Ukraine”, Revue d’études comparatives Est-Ouest, N° 48, 95-124.

Colliot-Thélène C., 1995, « Rationalisation et désenchantement du monde », Archives des sciences sociales des religion, 89, p. 61-81.

Collovald A. 2001, « De la défense des « pauvres nécessiteux » à l’humanitaire expert. Reconversion et métamorphoses d’une cause politique », Politix, 56.

Collovald, A., 2002, “Pour une sociologie des carrières morales des dévouements militants”, in Collovald & alii, L’humanitaire ou le management des dévouements, PUR.

Collins P., 2013, « Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci. L’écologisme quaker », Terrain, n° 60, pp. 74-91.

Combes H., Hmed C., Mathieu L., Siméant J. & Sommier I., « Observer les mobilisations », Politix, n°93.

Comby J.-B. & Grossetete M., 2013, « La morale des uns ne peut pas faire le bonheur de tous. Individualisation des problèmes publics, prescriptions normatives et distinction sociale », in Coulangeon P. & Duval J. dir., Trente ans après La distinction, La Découverte.

Comby J.-B., 2014,  « L’individualisation des problèmes publics. Une dépolitisation politiquement située », Savoir/Agir, n°28.

Comby J.B., 2015, La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Editions Raisons d’Agir.

Crettiez X., 2016, « Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle des variables de l’engagement violent », Revue Française de Science Politique, n°66, p. 709-727.

De Blic D. & Lafaye C, 2013, « Le travail politique du Réseau RESF », in Frère B. et Jacquemain M., dir., Résister au quotidien, Presses de Sciences Po.

Dechezelles S., 2017, « Une ZAD peut en cacher d’autres. De la fragilité du mode d’action occupationnel », Politix, n°117.

Deléage, E. & Sabin, G., 2012, « Modernité en friche. Cohabitation de pratiques agricoles », Ethnologie Française, vol. 42.

Demaria F., Schneider F., Sekulova F. & Martinez Alier J., 2013, « From a slogan activist to a social movement », Environmental Values, 22, p. 191-215.

Demeulenaere E.,, 2013, « Les semences entre critique et expérience : les ressorts pratiques d’une contestation paysanne », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, 94(4) : 421-441.

Demeulenaere E., 2014, « A Political Ontology of Seeds: The transformative Frictions of a farmers’ movement in Europe, Focaal – Journal of Global and Historical Anthropology, 2069, pp.45- 61.

Dietz M. & Garrelts H., 2014, Routledge Hanbook of Climate Change Movement, Routledge.

Dubuisson-Quellier S., 2012, « Le consommateur responsable. La construction des capacités d’action des consommateurs par les mouvements militants », Sciences de la Société, n° 82, pp. 105-125.

Dubuisson-Quellier M. & Plessz M., 2013, « La théorie des pratiques, Quels apports pour l’étude sociologique de la consommation ? », Sociologie.

Ethuin N., 2004, “De l’idéologisation de l’engagement communiste”, Politix, n°63, p. 145-168.

Felli, R., « La durabilité ou l’escamotage du développement durable », Raisons politiques, 60, p. 149-160.

Festinger L., 1962, « Theory of Cognitive Dissonance », Scientific American, Vol. 207, No. 4, pp. 93-106

Fillieule, O. 2009, « Carrière militante », in Fillieule O. & alii, dir, Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Sciences Po.

Fillieule O. & Pudal B., 2010, “Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement des méthodes d’enquête, in Fillieule, Agrikoliansky & Sommier, dir., Penser les mouvements sociaux, La Découverte.

Flipo F., 2014, Nature et politique, Editions Amsterdam.

Flipo F., 2017, La Décroissance, Le Passager clandestin.

Frère B., Jacquemain M., dir., 2013, Résister au quotidien, Presses de Sciences Po.

Foucault M., 2008, Le Gouvernement de soi et des autres. Cours au Collège de France 1982-1983, Paris, Seuil-Gallimard, 2008.

Foyer J., 2018, « Syncrétisme des savoirs dans la viticulture biodynamique », Revue d’Anthropologie des connaissances.

Georgi  F., dir., 2003, Autogestion. La dernière utopie ? , Publications de la Sorbonne, Paris

Gobille B., 2017, « Circulations révolutionnaires. Une histoire connectée et « à parts égales » des « années 1968 »,  Monde(s). Histoire, espaces, relations, n°11, p. 13-36.

Goodall C., 2007, How to live a low-carbon Life. The Individual’s Guide to stopping Climate Change, Earthscan.

Gutwirth S. & Stengers I., « Le droit à l’épreuve de la résurgence des commons », Revue Juridique de l’Environnement, 2, p. 306 – 343

Haenfler R., Johnson & Jones, 2012, « Lifestyle Movements: Exploring the Intersection of Lifestyle and Social Movements », Social Movement Studies, 11, 1-20.

Hajek, I., 2009, « Déchets et mobilisation collective : construire un autre rapport à la nature ? », Ecologie et politique, 38.

Hamman, P., dir., 2017, Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires, Erès.

Hayes, G., 2007, « Collective Action and Civil Disobedience: The Anti-GMO Campaign of the Faucheurs Volontaires », French Politics.

Hein, F., 2012, Do it yourself ! Autodétermination et culture punk, Ed. Le Passager Clandestin.

Hervieu B., Hervieu-Léger D., 1979, Le retour à la nature : au fond de la forêt, l’État, Paris, Éditions du Seuil.

Hervieu B., Hervieu-Léger D., 1983, Des communautés pour les temps difficiles : néo-ruraux ou nouveaux moines, Le Centurion.

Heurtin J-P, 2014, « L’autorité du présent. Essai de reconstruction du concept de charisme de fonction », L’Année Sociologique, vol. 64,  p. 123 – 169

Hopkins, R., 2010, Manuel de transition. De la dépendance au pétrole à la résilience locale, Ecosociété.

Houseman M., 2016, « Comment comprendre l’esthétique affectée des cérémonies New Age et néopaïennes ? », Archives des Sciences Sociales des Religions.

Ion J., 1997, La fin des militants , Editions de l’Atelier.

Jasper J., 2007, « Cultural Approaches in the Sociology of Social Movements », in Klandermans B. & Roggeband, C. ed., Handbook of Social Movements accross Disciplines, Springer.

Jasper J., 2014, Protest. A Cultural Introduction to Social Movements, Polity Press.

Judde de Larivière C., Weisbein J., 2017, “Dire et faire le commun. Les formes de la politisation ordinaire du Moyen Âge à nos jours », Politix, n°119, p. 7-30.

Juris, J.S., 2012, “Reflections on #Occupy Everywhere: Social media, public space, and emerging logics of aggregation », American Ethnologist, Volume 39, Issue 2 (May),  259–279

Krieg-Plancq, A., 2010, “La formule “développement durable” : un opérateur de neutralisation de la conflictualité”, Langage et Société, n°134, p. 5-29.

Lacroix B., 1981, L’utopie communautaire, PUF.

Lagroye J. et Siméant J., 2004, “Gouvernement des humains et légitimation des institutions”, in Etre gouverné, Presses de Sciences Po.

Lagroye J., 1997, « On ne subit pas son rôle », Politix, n°38, p. 7-17.

Lagroye J., 2006, La Vérité dans l’Eglise catholique. Contestations et restaurations d’un régime d’autorité, Belin.

Lamine C. et Chiffoleau, Y., 2012, « Reconnecter agriculture et alimentation dans les territoires », Pour, n°215-216.

Laugier S. & Ogien A., Pourquoi désobéir en démocratie ?, La Découverte.

Laugier S. et Ogien A., 2014, Le principe démocratie, La Découverte.

Le Roy, A., 2013, « Gouverner les biens communs pour sortir de la démesure », in Sinaï., A., dir., Penser la décroissance, Presses de Science-po.

Lofland J. & Stark R., 1965, « Becoming a World Saver », American Sociological Review, 30, 6.

Maniates, M. F. 2001, « Individualization: Plant a tree, buy a bike, save the world? », Global Environmental Politics, 1(3): 31–52.

Manier, 2012, Un million de révolutions tranquilles. Travail, environnement, santé, argent, habitat… : comment les citoyens transforment le monde, Les Liens qui Libèrent, Paris, 2012.

Martinez-Alier, J., & alii, 2014, “Between activism and science: grassroots concepts for sustainability coined by Environmental Justice Organizations”, Journal of Political Ecology, 21: 19-6

Mathieu L., 2007, “L’espace des mouvements sociaux”, Politix, n°77.

Mathieu, L., 2013, “Un militantisme qui n’a de nouveau que le nom”, in Frère et Jacquemain, dir., op. cit.

Mercklé, P., 2006, “La science sociale de Charles Fourier”, Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 15, p. 69-89.

Neveu E., 2015, Sociologie des problèmes publics, Armand Colin.

Nez, H., « La politisation par l’occupation. Pratiques quotidiennes et stratégies d’empowerment dans un squat madrilène », Politix, n°117, p. 63-89.

North P. & Longhurst, « Grassroots Localisation? The Scalar Potential of and Limits of the ‘Transition’ Approach to Climate Change and Resource Constraint », Urban Studies, 50, 7.

Ollitrault S., 2008, Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, PUR.

Ollitrault S., 2010, « Militer pour soi : les techniques de fidélisation au sein de Greenpeace », in Corcuff P., Le Bart C. & de Singly F., dir., L’individu aujourd’hui, PUR.

Ollitrault S. et Villalba B., 2014, « Sous les pavés, la terre. Mobilisations environnementales en France (1960-2011) », in Pigenet & Tartakowsky, Histoire des mouvements sociaux en France, La Découverte.

Pagis J. & Siméant J., dir., 2017, « Années 1960-1970, les temps des possibles », Genèses, n°107.

Pestre, D., 2011, “Développement durable : anatomie d’une notion”, Nature, Sciences, Sociétés, 19, p. 31-39

Pizzorno A., 1990, « Considérations sur les théories des mouvements sociaux », trad., Politix, 9, pp. 74-80.

Pleyers G., 2014, « Les jeunes alter-activistes : altermondialisme, Indignés et transition écologique », in Becquet V. dir., 2014, Formes contemporaines de l’engagement des jeunes,  Syllepse.

Pudal, B., 1989, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Presses de la FNSP.

Pudal B. & Pennetier C., 2000, « Le militant ouvrier, paradigme du militant », in Gotovitch J., dir., Militantisme et militants, EVO, pp.13-26.

Pruvost G., 2017, “Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (2013-2014)”, Politix, n°117.

Rambaud E., « La « petite » critique, la « grande » et « la » révolution. Pour une acception non normative de la critique », Revue Française de Science Politique, vol. 67.

Renou G., 2010, « La découverte ou l’ignorance. Les opérateurs de conversion militante », in Surdez M., Voutat B. & Voegtli M. dir., Identifier, s’identifier, Antipodes / Lausanne.

Ripoll F., 2014, « Forces et faiblesses des Amap et dispositifs apparentés », in Frère B. et Jacquemain, dir., op. cit.

Riot-Sarcey, 1998, Le réel de l’utopie. Essai sur le politique au XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Samak, M., 2016, « La politisation variable des alternatives agricoles », Savoir/Agir, n°38, p. 29-35.

Sawicki F. & Siméant J., 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant», Sociologie du Travail, Volume 51, Issue 1,  Pages 97-125.

Séguy, J., 1971, “Les sociétés imaginées : monachisme et utopie”, Annales. ESC, 26, 2, 326-354.

Servigne P. & Stevens R., 2015, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie…, Seuil (coll. Anthropocène).

Semal, L., 2012, Militer à l’ombre des catastrophes. Contribution à une théorie politique environnementale au prisme des mobilisations de la décroissance et de la transition, Thèse de science politique, IEP de Lille.

Semal L. & Szuba, 2010, « Villes en transition : imaginer des relocalisations en urgence », Mouvements.

Semal L., 2015, « Sobriété », in Bourg & Papaux, Dictionnaire de la pensée écologique, PUF.

Servigne P. & Stevens R., 2015, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie, Seuil (coll. Anthropocène).

Shuhovski M., 2017, Becoming a New Self: Practices of Belief in Early Modern Catholicism, University of Chicago Press.

Siméant J. 1999, La cause des sans-papiers, Presses de Sciences Po.

Siméant J., 2009, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, n°227, p. 101-122.

Sinischalci V., 2013, « Environment, regulation and the moral economy of food in the Slow Food movement », Journal of Political Ecology, 20, pp. 295-305.

Scott, J.; 2009, La Domination et les arts de la résistance : Fragments du discours subalterne, Editions Amsterdam.

Snow D., 2012, « Une ethnographie du recrutement et de la conversion formelle au Nichiren Shoshu dans les années 1970 », Genèses.

Staggenborg, S., 1991, The Pro-Choice Movement. Organization and Activism in the Abortion Conflict, Oxford, Oxford University Press.

Steffen W., Crutzen P., McNeill J., 2007, « The Anthropocene: Are Humans Now Overwhelming the Great Forces of Nature ? », Ambio. Royal Swedish Academy of Sciences, Vol. 36, No. 8.

Stengers, I., 2009, Le temps des catastrophes, La Découverte.

Szuba M. & Semal L., 2010, « Rationnement volontaire contre « abondance dévastatrice » : l’exemple des crags”, Sociologie pratiques, n°20.

Szuba M, 2017, « Le rationnement, outil convivial », in Sinaï A. & Szuba M., dir., Gouverner la décroissance. Politiques de l’Anthropocène III, Presses de Sciences Po.

Thébaud F. 2014, « Le privé est politique. Féminisme des années 1970 », in Pigenet M. & Tartakowky D., dir., Histoire des mouvements sociaux en France, La Découverte.

Thévenot L., 2014, « Voicing concern and difference: from public spaces to common-places », European Journal of Cultural and Political Sociology , vol. 1, n° 1, p. 7-34

Traïni C., 2012, « Entre dégoût et indignation morale. Sociogenèse d’une pratique militante », Revue Française de Science politique, vol. 62.

Turina I., 2006, « Vers un catholicisme exemplaire ? », Archives de Sciences sociales des religions, 133, p. 115-133.

Turina I., 2010, « Éthique et engagement dans un groupe antispéciste », L’Année sociologique, 60, p. 161-187.

Vivien F.D., 2007, Le développement durable, la Découverte.

Weber M., 1996, Sociologie des religions, traduction et édition par J.-P. Grossein, Gallimard.

 

 

SYMBIOS

Le carnet SYMBIOS se propose de constituer un observatoire sociologique dédié à la connaissance et à l’analyse des mouvements sociaux engagés dans transition écologique dans l’espace européen contemporain. Il s’agit d’apporter des éléments permettant de dégager une cartographie des principaux acteurs collectifs qui, à distance des acteurs étatiques et gouvernementaux, visent à développer des normes, des pratiques et des connaissances s’inscrivant dans l’horizon d’une transition vers une « société sobre en ressources». Ces initiatives se déploient dans une conjoncture de crise économico-sociale et elles visent prioritairement à développer et alimenter des capacités de résilience des communautés locales, tout en pouvant contribuer, plus ou moins directement selon les cas, à l’expression de formes de critique et résistance.
Ce carnet entend rendre compte des diverses élaborations techniques et intellectuelles que les mouvements sociaux de transition écologique mettent en œuvre et qui visent à redéfinir, souvent radicalement, les articulations traditionnelles entre les activités de production, de reproduction, de consommation et de coopération héritées de la Révolution industrielle, ainsi que les relations avec l’environnement et les entités naturelles. Il s’agit également de retracer la circulation internationale des idées, des connaissances et des pratiques, ainsi que les vecteurs par lesquels les mouvements sociaux étudiés s’acclimatent, de façon différente, aux configurations politiques nationales et aux contextes régionaux et locaux.

Le carnet SYMBIOS s’appuie sur l’activité du programme de recherche SYMBIOS, financé par l’ANR (programme Jeune Chercheur CES 3 « Interactions Hommes-environnement ») et hébergé par l’UMR SAGE (CNRS / Université de Strasbourg). Ce programme collectif de recherche jette des ponts entre trois domaines scientifiques traditionnellement séparés : la recherche sur la transition écologique, l’analyse des mouvements sociaux et des mobilisations et, enfin, la sociologie de la valuation et de l’évaluation. Il repose sur l’hypothèse selon laquelle les mouvements sociaux de transition écologique  développent des normes et des pratiques d’attribution de valeur (ou « valuation ») qui entrent en conflit d’une part avec les rationalités industrielles et marchandes dominantes dans l’ordre économique, et d’autre part, avec la plupart des technologies institutionnelles qui soutiennent ces rationalités. Il étudie les innovations (techniques, organisationnelles, politiques, etc.) que ces mouvements mettent en œuvre afin de faire émerger cette pluralité de formes de la valeur et de la faire compter dans les modes d’organisation de la vie en société. Parmi les mouvements étudiés de façon privilégiée par le programme SYMBIOS, citons la nébuleuse de la Sustainable Degrowth (ou « Décroissance soutenable ») et le mouvement de la Permaculture.

Animé par Gildas RENOU (politiste, SAGE, Université de Strasbourg) et Laura CENTEMERI (sociologue, CNRS, Institut Marcel Mauss, Paris), le carnet SYMBIOS s’adresse à un public large : les chercheurs et étudiants qui explorent ces mêmes enjeux dans leurs recherches, les militants et les mouvements qui peuvent y trouver des repères, les journalistes et les citoyens soucieux de s’informer auprès de sources reconnues dans l’espace scientifique et proposant des informations fiables, ayant fait l’objet d’investigations en sciences humaines et sociales, mais aussi en sciences de l’environnement.

 

Lien vers la page du Projet Symbios, lauréat de l’appel à projet « Transition écologique, transformation sociétale, risques et opportunités (DS0103) », organisé par l’Agence Nationale de la Recherche en 2014.

Image illustrative de l'article Agence nationale de la recherche

http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-14-CE03-0005



Réseau des chercheurs Symbios

Gildas RENOU (Université de Strasbourg, UMR SAGE)  https://sage.unistra.fr/membres/post-doctorants/renou-gildas/

Laura CENTEMERI (CNRS, CEMS / EHESS Paris). http://cems.ehess.fr/index.php?3393

Marie BALAS (Sociologue, Université de Strasbourg, UMR Dyname) http://sspsd.u-strasbg.fr/Balas-Marie.html

Sylvaine BULLE (PR sociologie, CRESSPA, Paris) http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/equipe/les-membres-du-labtop/bulle-sylvaine/

Vanessa CARDONA-SHOKOTKO, Université d’Uppsala (Suède), http://www.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A1156353&dswid=-4749

Alberta GIORGI, Université de Bergame (Italie) / EPHE (Paris) : https://www.gsrl-cnrs.fr/alberta-giorgi/

Arnaud MEGE, Université de Poitiers / Gresco : http://gresco.labo.univ-poitiers.fr/membres-du-laboratoire/docteur-e-s/mege-arnaud/

Sylvie OLLITRAULT (CNRS), UMR Arènes, Rennes. http://www.arenes.eu/fiche-membres/?uid=41&n=Sylvie-Ollitrault

Laurent THEVENOT (INSEE / EHESS) http://gspm.ehess.fr/document.php?id=384

Isacco TURINA (sociologue, Université de Bologne, Italie) https://www.unibo.it/sitoweb/isacco.turina


 

 

Ressources

Un article de Laura Centemeri et Gildas Renou sur le métabolisme social, les inégalités environnementales et l’économie écologique, paru dans un livre dirigé par Catherine Larrère (PUF, 2017).

https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-01163219/document

Un article de Laura Centemeri sur la problématique de l’incommensurabilité dans les conflits environnementaux, paru dans le revue Environmental Values (en anglais), 2015.https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01015992/file/Centemeri_Env_Values_Sub2.pdf

Un article de Gildas Renou qui traite de la place de l’écologie dans la théorie des institutions, paru dans la Revue du MAUSS (2016). https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2016-1-page-221.htm

Un article d’Arnaud Mège sur le courant de la décroissance en France (Revue Terrains et travaux, 2017) : https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2017-2-page-63.htm


Partenaires

Lien vers le site du projet ANR Institutionnalisation des Agro-écologies http://www.idae.cnrs.fr/

Séminaire EHESS, Marseille,  « Controverses environnementales et anthropologies de la nature », Laura Centemerichargée de recherche au CNRS ( IMM-CEMS, Francis Chateauraynauddirecteur d’études de l’EHESS ( GSPR ), Jean-Michel Fourniaudirecteur de recherche à l’IFSTTAR (GSPR), Bernard Hubertdirecteur d’études de l’EHESS, directeur de recherche à l’INRA, Valeria Siniscalchimaître de conférences de l’EHESS.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1029/