Programme du colloque Symbios des 25-27 juin 2018, à Strasbourg

 Du 25 au 27 juin 2018

 

Symposium international

Ecologiser la société, matérialiser le politique

Mouvements sociaux et transitions vers la durabilité

 

Manifestation scientifique organisée dans le cadre du projet de recherche SYMBIOS, « Les mouvements de transition vers une société frugale », soutenu par l’ANR (Programme « Transition écologique, transformation sociétale, risques et opportunités » 2014-2018), hébergé par le laboratoire SAGE (Umr CNRS 7161).

Proposée par Gildas RENOU (UMR SAGE / Université de Strasbourg) et 

Laura CENTEMERI (Centre d’Etude des Mouvements Sociaux – UMR « Institut Marcel Mauss » EHESS / CNRS)

 

Lieu : Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace – MISHA

Strasbourg (station de tramway “Observatoire »)

Salle des conférences (rez-de-chaussée) 

 

Programme

Lundi 25 JUIN
13h30 Accueil des participants
14H-14H15 Laura Centemeri et Gildas Renou : introduction
 

SESSION 1

 

Ecologisations du social et brèches dans la modernité politique

14H15-14H45 Luigi Pellizzoni (Université de Pise, Italie), Living with, at or in the limit. About new materisalist mobilizations.
14H45-15H15 Denis Chartier (Université d’Orléans), Planète morte vs planète vivante ou le « sacré » comme proposition politique divergente.
15H15-15H45 Catherine Larrère (Université Paris1), Transition écologique : l’apport de l’écoféminisme à l’étude des mouvements sociaux
15H45-16H Discussion
 

SESSION 2

 

 

L’écologisation à la racine : autonomie, radicalité, quotidienneté

16H15-16H45 Joëlle Zask (Aix-Marseille Université), Politique du jardin partagé
16H45-17H15 Isabelle Hajek (SAGE, Université de Strasbourg), Militer contre le gaspillage : une transition par la vie quotidienne ?
17H15-17H45 Sylvie Ollitrault (CNRS, UMR Arènes, Rennes), Utopies contre l’Etat, le mouvement écologiste français des années 2010
17H45-18H15 Discussion
 

Mardi 26 JUIN

9h00 Accueil des participants
 

SESSION 3

 

Mouvements sociaux et expériences cosmopolitiques

9H00-9H30 Jean Foyer (CNRS, Laboratoire ISCC), La viticulture biodynamique entre cosmopolitique et rhizome trans-individuel
9H30-10H Geremia Cometti (Université de Strasbourg), Le cas des Q’eros des Andes péruviennes face à l’extraction minière
10H-10H30 Aurélien G. Cohen (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris), Lutter au-delà de l’humain : pratiques agroécologiques et communauté d’intérêt.
 

 SESSION 4

 

Dynamiques du vivant et extensions du politique

 

10H50-11H20

Raphaël Larrère (INRA), « Faire-avec » les humains, les non-humains et les processus naturels
11H20-11H50 Marc Breviglieri (HETS, Genève), Fertilités. Ce qui s’attache à l’existence d’un espace oasien du sud marocain.
11H50-12H20 Elise Demeulenaere (CNRS, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris) et Marion Dubourg (Université Paris-Nanterre): Jardiner ou faire de la politique. Confrontation de cultures militantes au sein du mouvement pour les semences paysannes.
12H20-12h40 Discussion
 

SESSION 5

 

Transition(s): perspectives scientifiques, politiques et morales /1

14H15-14H45 Luc Semal (Muséum National d’Histoire Naturelle, CESCO),  La transition écologique : irruption, mainstreaming et désamour.
14H45-15H15 Cyprien Tasset (IRIS, Paris), Sous la bannière de l’effondrement. Un cas limite d’interprétation de la finitude matérielle du monde.
15H15-15H45 Rémi Beau (Université Paris-1), Pratiques de transformations individuelles et collectives : pour une éthique de la transition
 

SESSION 6

 

Transition(s): perspectives scientifiques, politiques et morales /2

16H00-16H30 Caroline Lejeune (Université de Lausanne), Face à l’épreuve de la sobriété imposée. Reconnaissance, participation, capabilités.
16H30-17H00 Gabrielle Bouleau (IRSTEA), Du chocolat blanc au chocolat noir amer : les différents récits de la transition dans les forums académiques internationaux
18H00-19H30 Visite d’un jardin  potager partagé à Strasbourg, avec Sandrine Glatron (Géographe, CNRS, UMR Dyname).
Mercredi 27 Juin
SESSION 7 Localisation et territorialisation : “l’atterrissage” des mouvements sociaux ?
9H00-9H30  

Stéphanie Dechézelles (IEP d’Aix en Provence, CHERPA), S’engager pour la transition énergétique, s’opposer aux éoliennes de grande taille. Les formes hybrides d’appropriation des injonctions à la durabilité.

9H30-10H00 Benedikte Zitouni (Université Saint Louis, Bruxelles), Des terres contestées au port d’Anvers. S’équiper pour mieux résister
10H00-10H30 Salvo Torre (Université de Catane, Italie), Les conflts socio-envirennementaux et la construction de l’espace politique.
 

SESSION 8

 

Expérimentations et tâtonnements dans  le « faire commun » / 1

10H50-11H20 Viviana Asara (Université de Vienne, Autriche), Untangling the radical imaginaries of the Indignados’ movement: Commons, autonomy and ecologism
11H20-11H50 Alvise Mattozzi (Université Libre de Bolzano, Italie), Un réseau alimentaire “alternatif” sans mouvement. L’ascension et la chute du “réseau lait cru” en Italie
11H50-12H20 Florian Charvolin (CNRS, Centre Max Weber, Lyon), S‘engager politiquement par son mode d’habiter : rénovation thermique et ressenti subjectif en Nord Ardèche.
12H20-12H40 Discussion
 

 

Session 9

 

 

Expérimentations et tâtonnements dans  le « faire commun » / 2

14H15-14H45  

Fabien Hein (Université de Lorraine, Laboratoire 2L2S), Do it yourself, conscience écologique et retour à la terre : modes de vie en contexte anarcho-punk.

14H45-15H15 Sylvaine Bulle (Université Paris-8, CRESSPA-Labtop), Commun vs. commune : hantise de l’’unification et tensions autour du commun. Le cas de Notre-Dame-des-Landes en phase de normalisation
 

15H15- 15H45

Guillaume Christen (Université de Strasbourg, SAGE), Les coopératives énergétiques : permettent-elles de territorialiser et de matérialiser le rapport à l’énergie ?
15H45-16H30 Discussion conclusive.

 

 

Argument de cadrage du colloque :

Ecologiser la société, matérialiser le politique

Mouvements sociaux et Transition écologique

 

Les termes « transition socio-écologique » ou « transition vers la durabilité » sont aujourd’hui utilisés, d’habitude au pluriel, pour indiquer un changement systémique orienté par l’objectif de faire évoluer nos sociétés vers des formes d’organisation socio-économique et écologique à la fois plus justes et durables (Van den Bergh et al., 2011; Markard et al, 2012, Bourg, Kaufmann & Méda 2016). Il existe néanmoins, des visions fort différentes, voire conflictuelles, de l’état souhaité comme résultat de la transition. Ainsi, le rapport au rôle joué par la croissance économique pour garantir le bien-être des sociétés fait débat. Plus généralement, les désaccords sont nombreux concernant le statut du modèle capitaliste et marchand  d’organisation de l’économie. Est-il le plus adapté à garantir les objectifs de justice sociale et environnementale ? Les imaginaires de « capitalisme vert », articulant environnementalisme et innovation technologique (Brand 2012), sont très éloignés des visions de société de « décroissance » (degrowth) ou « a-croissance » (a-growth) (Van den Bergh & Kallis 2014).

 

Malgré l’importance cruciale des questions politiques soulevées par la transition écologique, l’enjeu de la transition socio-écologique est le plus souvent abordé dans les sciences sociales comme résultant de l’interaction de trois pouvoirs principaux qui sont autant de sphères de pratiques instituées : les sciences, les Etats et le marché. Une telle perspective a tendance à évacuer la question des conflits et des pouvoirs qui sont à l’œuvre dans les transitions et à négliger le rôle joué par les mouvements sociaux.

 

Par le terme de mouvement social on entend ici toutes les dynamiques non-étatiques et non-marchandes qui s’organisent, selon des modalités variées et relativement durables, dans la promotion de certaines transformations du monde, envisagées en fonction de perspectives normatives déterminées et partagées. Qu’est-ce qui importe ? Qu’est ce qui est souhaitable ? Qu’est ce qui est juste ? Comment dégager des moyens pour faire advenir un meilleur monde commun, de meilleures institutions, etc. ? Telles sont les questions centrales, de nature normative et axiologique, qui animent les mouvements sociaux avant toute autre considération. C’est une telle acception élargie de mouvement social que nous avons fait le choix d’adopter dans le programme de recherche Symbios.

 

Ce programme a voulu donc s’écarter explicitement de la définition classique, restrictive, selon laquelle le mouvement social renvoie prioritairement à “la défense des intérêts collectifs” et à “la promotion des ambitions collectives” (Tilly 1984), construite sur le prototype des révoltes paysannes et du mouvement ouvrier de l’ère industrielle (Tilly 1986), envisagées prioritairement dans leur relation à l’Etat et à ses transformations (Fillieule 2009). Dans la perspective que nous adoptons, l’objet du mouvement n’est ainsi pas a priori réductible aux intérêts et aux projets d’un groupe social donné, représentés par ses porte-parole : il existe une autonomie relative du domaine des valeurs par rapport aux utilités. Dans cette approche, les mouvements religieux (Aberle 1966) constituent donc pleinement des mouvements sociaux, tout comme les sciences (Daston 1995, Collins 2004, Pestre 2010) ou les mobilisations morales (Jasper 1998, Traïni 2009) dès lors qu’elles engagent une attitude de transformation du réel dans une certaine direction, selon des cadres culturels et des pratiques spécifiquement prescrites.

 

Ce colloque de recherche vise à rassembler des enquêtes sur le renouvellement de l’équipement politique de mouvements sociaux qui sont engagés, d’une façon ou d’une autre, dans la promotion d’une dynamique de transition socio-écologique. Sur un plan général, la transformation peut être formulée sous la forme d’un bouleversement pratique et intellectuel résultat de l’inscription de l’action politique dans un monde fini (Jackson 2011, Szuba 2014). Mais les façons d’interpréter et de tirer les conclusions de la « prise de conscience » de la fin de l’ère de la croissance et de l’abondance infinies sont multiples, voire contradictoires.

 

L’objectif premier consiste donc à établir une cartographie rudimentaire des effets, sur les mouvements sociaux, de l’émergence d’au moins deux horizons normatifs venant influencer la façon d’envisager les futurs souhaitables. D’abord,  le critère de la durabilité ou soutenabilité des systèmes socio-économiques et des institutions. Ensuite, le processus diffus d’écologisation des façons de penser et d’agir. Ce processus implique notamment l’apprentissage, à la fois personnel et collectif, de la prise en compte d’agents ou de forces non-humaines impliqués dans les enjeux sociopolitiques.

 

Pour ce faire, on s’intéressera d’abord à ce que la transition écologique fait aux mouvements sociaux, c’est à dire à la variété des effets, sur l’activité des mouvements sociaux, des enjeux de transition écologique. Ensuite, on invitera à explorer l’intérêt de l’entrée par les mouvements sociaux, encore faiblement travaillée par la littérature, pour penser l’enjeu de la transition écologique, par contraste avec les approches dominantes identifiées précédemment, centrées majoritairement sur l’action publique, les sciences et les acteurs économiques.

 

Ce colloque constitue donc un lieu de rencontre et de discussion entre les spécialistes des mobilisations et des mouvements sociaux contemporains, d’une part, et les chercheurs impliqués dans la recherche sur l’écologie politique, les sciences de la soutenabilité et la galaxie des recherches sur les transitions socio-écologiques. On visera en particulier à faire discuter des hypothèses et des résultats de recherches menées dans différentes perspectives.

 

La discussion sera organisée autour de trois axes principaux :

 

  1. Les mouvements et les militants de la transition écologique : reconfigurations, émergences, convergences

 

Dans cet axe, nous souhaitons d’une part comprendre comment s’est faite la rencontre des anciens mouvements sociaux (syndicats, ONG sociales ou environnementales, organisations paysannes etc.) avec la transition écologique. Sous quelle forme l’apparition de ces enjeux ont-ils eu un impact sur les formes d’organisation de l’action collective ainsi que les pratiques d’engagement de ces mouvements ? D’autre part, on souhaite accorder une attention spécifique à l’émergence récente de nouveaux mouvements à partir des enjeux de transition, tel que la réponse au changement climatique, la localisation des circuits alimentaires, l’apprentissage de la sobriété matérielle et énergétique…

 

Il importe également de comprendre les alliances qui se tissent entre les acteurs, les circulations entre ces mouvements, la construction de réseaux et de « réseaux de réseaux » (locaux, nationaux et transnationaux). Plus en amont, nous invitons à explorer toute la diversité des acteurs de la transition, en y incluant des formes « paradoxales », comme les mouvements d’inspiration « accelérationniste » (Snircek & Williams) et la mouvance transhumaniste (Kurzweil 2007). Quelles frictions traversent cet espace de mobilisation ? Comment et sur quels critères opérer des nouvelles lignes de partage ? A quelles conditions l’enjeu de la transition socio-écologique peut-il constituer un terrain fédérateur de luttes ? Peut-il constituer un levier pertinent pour renouveler la critique sociale et politique? Quelle est la place de l’enjeu climatique dans ce champ de mobilisations ? On invite aussi à prêter une attention aux modes pratiques d’engagement (à la fois individuels et collectifs) ainsi qu’aux formes de dissémination qui s’y pratiquent.

 

Dans cet axe, il sera question également d’approfondir les propriétés sociographiques pertinentes pour décrire les profils des personnes et les groupes engagés dans ces mouvements.

 

 

  1. Matérialisation et localisation de la critique sociale : repenser la subsistance et le rapport au vivant

 

Les enjeux soulevés par la nécessité de la transition socio-écologique amènent un profond réaménagement des cadres intellectuels et des pratiques qui sous-tendaient l’activité des mouvements sociaux depuis les débuts de la révolution industrielle, ainsi que leur conception de la justice sociale. Les mouvements sociaux sont en effet amenés à prendre en compte des contraintes qui restaient hors-champs dans la contestation sociale, notamment les flux de matériels, de ressources et d’énergie. Comment s’opère cette re-matérialisation de la critique sociale ? Quelles en sont les difficultés ? Par quelles catégories savantes, quelles schèmes spécifiques en vient-on à envisager la justice social dans un monde fini, tant au niveau global (dans les rapports nord /sud) qu’au niveau local ? La problématisation en terme de re-matérialisation (Pellizzoni 2017) est-elle ajustée et suffisante pour caractériser ce renouvellement ? Quelles transformations les schèmes intellectuels et contestataires conçus par les mouvements ouvriers, les socialismes et les marxismes, depuis le XIXème siècle, sont-ils amenés à opérer (Barca & Bridge 2015, Hornborg 2015) ?

 

Une évidence qui émerge est que l’enjeu de la subsistance fait aujourd’hui un retour dans les façons de concevoir la justice sociale (Bennholdt-Thomsen & Mies 2000, Martinez-Alier 2012). L’alimentation, l’autoproduction d’énergie, l’auto-construction de l’habitat, les pratiques de réparation, deviennent des enjeux de mobilisations. Il ne s’agit donc pas seulement de revendiquer des styles de vie ou de pratiquer un consumérisme critique. Les mouvements « néomatérialistes » (Schlosberg et Cole 2016) cherchent à structurer différemment les systèmes de réponse aux besoins de subsistance. Le développement de nouvelles institutions et d’une nouvelle organisation des communautés de vie locale est un objectif ouvertement poursuivi. De nombreuses questions cruciales se posent. Ces initiatives communautaires ne risquent-elles pas de s’enfermer ainsi dans un localisme excessif, pouvant verser dans des formes de refus de l’étranger ? Comment ces mouvements (comme les initiatives « bio-régionalistes ») pensent-ils les solidarités au-delà de la communauté de proximité ? L’héritage politique de la justice sociale tend-il à être marginalisé ? Quel statut est accordé à ces communautés ? Quelles nouvelles formes de relation entre économie et politique peuvent émerger de ces expérimentions ? Comment cette approche à la transition par la subsistance est à l’œuvre dans d’autres domaines tels que l’éducation ou la santé ?

 

La thématique des communs (« commons ») qui est de plus en plus investie comme terrain de repolitisations alternatives (Bollier 2014 ; Dardot & Laval 2014 ; Capra & Mattei 2015). Peut- elle occuper une place centrale dans le renouvellement des dispositifs de coopération rendus nécessaire par les initiatives de re-localisation ? Quelle est la place accordée aux idées de « gratuité » et de « réciprocité » dans les expérimentations non-marchandes ? A quelles relectures des expériences et de l’histoire passées conduit la nécessité de repenser le statut des “ressources naturelles” et la nécessité de leur « partage » ? Comment émergent des compositions politiques, acceptables et durables, entre groupes sociaux d’une part, et entre humains et “non-humains” (animaux, végétaux, sols, contrées, etc.) d’autre part ? Quelle est la place respective des expertises savantes, du droit, des “usages” et des rapports de force dans ces processus d’apprentissages collectifs, subis ou choisis ?

 

Ces mouvements font en effet émerger une nouvelle sensibilité aux interdépendances entre humains et non humains et, plus généralement, au vivant, dans toutes ses formes, ce qui conduit à un changement dans la manière de penser et pratiquer la production, notamment agricole mais également dans d’autres domaines (habitat, transport, soin, éducation, etc.). Ce colloque vise à explorer les conséquences de cette prise en compte des interdépendances entre humains et non humains dans ces différents domaines.

 

  1. Récits, métaphores, imaginaires. La transition comme enjeu culturel

 

Les pouvoirs publics envisagent le plus souvent la transition écologique sous la forme d’objectifs à atteindre, au terme d’une action pilotée et évaluée in fine.  Il nous semble que les mouvements sociaux de transition envisagent autrement leur engagement vers un modèle socio-économique soutenable. Avec eux, la transition devient un enjeu proprement culturel, c’est-à-dire une question de « forme de vie » (Laugier 2005, Agamben 2013, Ogien 2015), et non un objectif quantifié à atteindre (Thévenot 2014).

 

Loin d’être moins rationnelles, ou même irrationnelles, ces traductions culturelles de la transition écologique semblent particulièrement fécondes. Les expérimentations plurielles des mouvements sociaux constituent en quelque sorte des laboratoires par lesquels l’enjeu de la transition quitte le statut de problème extérieur, surplombant, presque théorique, pour être retraduite dans la sphère des pratiques concrètes d’une vie quotidienne partagée avec d’autres. C’est le cas des mouvements de sobriété (Semal 2012), des initiatives de collecte de semences paysannes (Demeulenaere 2013) ou des mouvements de politisation des pratiques alimentaires (Siniscalchi 2012). Un enjeu décisif est également celui de l’élaboration de « scénarios » permettant d’anticiper le futur (Chateauraynaud & Debaz, 2012) ainsi que la proposition de nouveaux récits susceptibles donner un sens à la situation présente et à l’avenir collectif, probablement périlleux, qui s’annonce (Stengers 2009).

 

Les travaux rattachés à l’écoféminisme (Larrère 2015, Hache 2017) montrent le rôle décisif de la domination exercée sur les femmes dans la possibilité même de la dynamique du capitalisme. L’attention renouvelée pour la vulnérabilité des capacités humaines (Nussbaum 2002) et la dissémination de la prise en compte de l’importance du “care” comme activité de protection/facilitation des dynamiques vitales dans les sociétés humaines s’inscrivent également dans ce processus de fond (Merchant 1996, Larrère 2013, Laugier 2015, Puig de la Bellacasa 2015). L’attention portée aux interdépendances qui permettent à notre monde de se maintenir conduit à faire émerger de nouvelles manières de se rapporter au vivant, aux plantes, aux animaux, aux bactéries, aux champignons (Tsing 2017). C’est l’idée du « pilotage » ou de « faire avec » la nature (Larrère et Larrère 2015). Comment cette vision collaborative de la relation à l’environnement change la manière de raconter le passé, vivre le présent et imaginer le futur ?  Quels imaginaires sociaux et sociotechniques en découlent ?

 

 

 

Ecologizing Society, Rematerializing Politics

Social Movements and Ecological Transitions

 

The terms ‘socio-ecological transition’ and ‘transition toward sustainability’, generally used in the plural, refer to a systemic transformation to give our societies socio-economic and ecological structures that are both more just and more sustainable (Van den Bergh et al., 2011; Markard et al., 2012; Bourg, Kaufmann & Méda, 2016). There are, however, very different and even conflicting visions of the desired outcome of such process. For instance, the contribution of economic growth to social wellbeing is under debate. More broadly speaking, there are many disagreements as to the relevance of the capitalist, market-based economic model in guiding socio-ecological transitions. Is it best suited to ensuring social and environmental justice? The ideas of a ‘green capitalism’ combining environmentalism and technological innovation (Brand, 2012) are very far from visions of “degrowth” or “a-growth” societies (Van den Bergh & Kallis, 2014).

 

Despite the crucial importance of the political questions raised by the ecological transition, its stakes are most frequently presented in social-science studies as a consequence of the interaction between three main powers and established spheres of practice: science, States and the market. This approach tends to neglect the place of conflicts and of powers in transition processes, as well as the role of social movements.

 

By ‘social movement’, we refer to all non-State and non-market groups that promote certain world transformations based on specific, shared, normative viewpoints. What is important? What is desirable? What is fair? How to found a better common world, better institutions, etc.? Social movements are motivated above all by these central normative and axiological questions. This is the broad definition of ‘social movement’ we have decided to adopt in the Symbios research project (https://symbios.hypotheses.org).

 

For this project, we explicitly wished to distance ourselves from the classical, restrictive definition that primarily describes social movements as the “defence of collective interests” and “promotion of collective aspirations” (Tilly, 1984). This definition is based on the prototype of peasant revolts and the worker movement of the industrial era (Tilly, 1986), essentially considered from the standpoint of their relationship with the State and its transformations (Fillieule, 2009). From our standpoint, the aim of the movement is thus not necessarily limited to the interests and plans of a given social group represented by spokespersons; values are relatively independent from usefulness. In this approach, religious movements (Aberle, 1966) are thus fully recognised as social movements, as well as science (Daston, 1995; Collins, 2004; Pestre, 2010) and moral protests (Blumer 1951, Jasper, 1998; Traïni, 2009), provided that they are committed to transforming reality in some way, according to cultural frameworks and specific practices.

 

The aim of this conference is to discuss the consequences on the ways to conceive collective action’s goals resulting from the awareness of the fact that we live in a “finite world” (Jackson, 2011; Szuba, 2014). The end of the imaginary of infinite growth produces multiple and even contradictory visions of the future.

 

Our primary goal is thus to roughly map the effects on social movements visions, practices and organisations of the emergence of two normative horizons. The first is the sustainability of socio-economic systems and institutions. The second is the widespread “ecologization” of thought and action, which implies learning to take into account the role played by non-human agents and forces in shaping socio-political issues.

 

To that end, we will first focus on what the ecological transition does to social movements. In other words, we will study the various effects of transitional challenges on the activity of social movements. Next, we will invite participants to explore the potentiality of the social movement approach, still relatively rare in literature, to understand ecological transitions, in contrast to the prevailing approaches mentioned previously, which mainly revolve around public action, science and economic actors.

 

This conference thus provides the specialists of contemporary protests and social movements and researchers involved in political ecology, sustainability science and the galaxy of research on socio-ecological transitions with an opportunity to meet and debate on the results of research projects conducted from different standpoints.

 

The discussion will be held around three main themes:

 

  1. The movements and activists of the ecological transition: reconfigurations, emergences, convergences

 

We wish on one hand to understand how former social movements – trade unions, social or environmental non-governmental organisations (NGOs), farmers’ organisations, etc. – deal with the emergence of the ecological transition as a societal concern. Under what form do transitional issues impact the different structures of collective action, as well as their engagement practices? On the other hand, we would like to pay special attention to new movements that have recently emerged in response to transitional challenges such as climate change, local food chains, education on material and energy sobriety…

 

It is also important to understand the alliances formed between these movements, the communication between them and the establishment of networks and ‘networks of networks’ (local, national and transnational). We also invite participants to explore the wide diversity of transitional movements, including ‘paradoxical’ ones such as ‘accelerationist’ movement (Srnicek & Williams, 2016) and the transhumanist movement (Kurzweil, 2007). What frictions are there between all these groups? How, and according to what criteria, should we establish new dividing lines? Under what conditions can the challenge posed by the socio-ecological transition bring various social struggles together? Could it prove a driving force sufficient to renew social and political critique? What is the place of the climate challenge? Attention should also be paid to the practical means of engagement (both individual and collective) and the ways of disseminating information.

 

We shall also undertake an in-depth examination of relevant sociographic properties that will enable us to describe the profiles of the persons and groups belonging to these movements.

 

 

  1. The materialization and localization of social critique: rethinking subsistence and our link with the living environment

 

The need for a socio-ecological transition has raised issues that imply a profound reorganisation of the intellectual frameworks and the practices that have underpinned the activity of social movements since the beginning of the industrial revolution, as well as their idea of social justice. Social movements must consider previously ignored constraints affecting social protest, such as flows of materials, resources and energy. How is social critique rematerialized? What are the difficulties? What erudite categories and specific frameworks enable us to envisage social justice in a finite world, both globally (in north/south relations) and locally? Is the concept of “new materialism” (Pellizzoni 2015) fitting and sufficient to characterise this renewal? What transformations must the 19th-century intellectual and protestatory devised by proletarian, socialist and Marxist movements undergo (Barca & Bridge, 2015; Hornborg, 2015)?

 

The issue of subsistence has regained centrality in debates about social justice (Bennholdt-Thomsen & Mies, 2000; Martinez Alier, 2013). Food, self-produced energy, self-built housing and repair practices are becoming motives for collective action. It is not just a matter of choosing lifestyles or practising a critical consumerism. ‘Neo-materialist’ movements (Schlosberg & Cole, 2016) attempt to create new collectively organised responses to subsistence needs. Developing new institutions and organising local communities in a new way are openly pursued goals. This raises many crucial questions. Do these community initiatives not run the risk of becoming excessively local, creating forms of exclusion? How do these movements, such as ‘bioregionalist’ initiatives, consider solidarity, beyond the nearest community? Is there a tendency to marginalise the political heritage of social justice struggles? What status is granted to these communities? What new forms can the relationship between economy and politics take following these experiments? How can the subsistence approach to transition be implemented in other areas such as education and health?

 

The notion of commons is increasingly being explored as an alternative political form (Bollier, 2014; Dardot & Laval, 2014; Capra & Mattei, 2015). Could it play a central role in renewing the cooperative mechanisms required by initiatives that aim at re-ground locally the response to subsistence needs? What is the place given to the ideas of ‘gratuity’ and ‘reciprocity’ in non-market experiments? What re-examinations of past experience and history are required to rethink the status of natural resources and the need to share them? How do acceptable, sustainable political forms emerge between social groups on one hand and humans and ‘non-humans’ (animals, plants, soil, lands, etc.) on the other? What are the respective places of scholarly expertise, law, practices and the balance of power in these procedures of collective, passive or chosen learning?

 

These movements instil a new awareness of the forms of interdependence between humans and non-humans, and, in general, of life processes, in all their forms, leading to a change in the way of planning and practising production – agricultural in particular, but also in other fields: housing, transport, care, education, etc. The aim of this conference is to explore the consequences of the new awareness of the interdependence between humans and non-humans in these different fields.

 

  1. Narratives, metaphors and ideas: transition as a cultural stake

 

Public actors often see the ecological transition as a set of goals to achieve by means of  planned actions submitted to evaluation. It seems to us that transitional social movements see their commitment to a sustainable socio-economic model in a different light. For them, the transition is, above all, a cultural endeavour: it is relate to the emergence of a ‘form of life’ (Laugier, 2005; Agamben, 2013; Ogien, 2015) and not a quantifiable goal that must be attained (Thévenot, 2014).

 

Far from being less rational or even irrational, these cultural interpretations of the ecological transition seem particularly productive. The numerous experiments conducted by social movements can be seen as laboratories in which the challenge of transition is no more an overarching exterior and almost theoretical problem but a matter of the practicalities of shared everyday life. That is the case of sobriety movements (Semal, 2012), initiatives to collect farmers’ seeds (Demeulenaere, 2013) and movements aiming to politicise food practices (Siniscalchi, 2012). Another decisive issues are the imagination of “possible scenarios” of the future (Chateauraynaud & Debaz, 2012) and the proposals of narratives able to give (another) meaning to our present and potentially perilous common future (Stengers, 2009).

 

The eco-feminist perspective (Larrère, 2015; Hache, 2017) shows the decisive role of the domination women are subjected to in the very possibility of the capitalist dynamic. Renewed attention to the vulnerability of human capacities (Nussbaum, 2002) and disseminating the importance of ‘care’ as an activity of repair and maintenance of vital dynamics in human societies are also part of this background process (Merchant, 1996; Larrère, 2013;; Laugier, 2015; Puig de la Bellacasa, 2015). The attention paid to the forms of interdependence that uphold our world has contributed to the emergence of new ways of relating to life and to notice “latent allies” such as plants, animals, bacteria and fungi (Tsing, 2017). The idea is to ‘have a way, make do and work with’ (faire avec) nature (Larrère and Larrère, 2015). How does this collaborative vision of our connection with the environment change our way of narrating the past, experiencing the present and imagining the future? What social and sociotechnical ideas could come from it?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.