La permaculture ou l’art de réhabiter, un livre de Laura Centemeri

Chercheuse en sociologie (CNRS / CEMS / Paris), Laura Centemeri, co-animatrice du projet de recherche SYMBIOS, a écrit le premier ouvrage de sociologie dédié à la permaculture, en langue française. Intitulé “La permaculture ou l’art de réhabiter”, il a été publié par les éditions Quae dans la collection “sciences en questions” en 2019.

Pourquoi étudier la permaculture dans une perspective sociologique ? Tout d’abord, parce que la permaculture constitue un mouvement social qui a connu une remarquable croissance transnationale, à partir des années 1980, renouvelant un certain nombre d’idées et de pratiques au sein des mouvances écologistes et environnementales. La permaculture saisie comme mouvement sociale témoigne d’une forme d’activisme environnemental ancré dans les pratiques dont les sciences sociales ont du mal à saisir l’originalité, en particulier en France. En étudiant ce mouvement, on en comprend d’autant mieux l’intérêt pour l’ambition d’une transition écologique. Car cette dernière constitue aussi un défi politique : celui d’élaborer un imaginaire sociotechnique qui correspond à une société écologique.

Cet ouvrage retrace l’histoire du mouvement de la permaculture, de naissance en Australie autour de Holmgren et Mollison dans les années 1970, puis sa diffusion planétaire. Il retrace les principales influences intellectuelles ayant contribué à l’élaboration de sa proposition culturelle et politique dont Laura Centemeri souligne l’ambition qui reste sous-estimée si l’on l’assimile à une simple forme d’agroécologie comme il en existe beaucoup. En travaillant à rendre en français les apports d’un certain nombre de concepts centraux irréductibles à la seule raison agronomique (comme design, holisme, etc.), elle propose de caractériser cette proposition comme la promotion et la valorisation d’un art. Celui de “réhabiter”, en prolongeant une idée émise par l’anthropologue Anna L. Tsing qui invitait à “vivre dans les ruines du capitalisme”.

En effet, les activistes engagés dans les dynamiques nourries par les savoirs de la la permaculture visent à concevoir es réponses aux besoins fondamentaux des êtres humains et des sociétés, d’une façon écologiquement et socialement durable, en rupture avec l’imaginaire technique de l’âge industriel.

À partir des résultats d’une enquête menée en Italie, l’auteure discute des apports de la permaculture à l’effort collectif pour imaginer des articulations entre les interdépendances écologiques dans un milieu, la lutte contre les inégalités et les aspirations à l’émancipation.

Laura CENTEMERI, La permaculture ou l’art de réhabiter, préface de Raphaël Larrère (INRA), Editions Quae, 2019 (16,5 euros, 152 pages).

https://www.quae.com/produit/1561/9782759229895/la-permaculture-ou-l-art-de-rehabiter

La réalisation de cet ouvrage a été rendu possible grâce au projet SYMBIOS, financé par l’ANR.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.