Note de lecture : L’économie écologique, par Gildas Renou

Repenser l’économie dans une perspective écologique. Une cartographie des principaux enjeux

À propos de : Ali Douai, Gaël Plumecocq, L’économie écologique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017.

L’économie écologique (EE) est un domaine de savoirs et de recherches récemment constitué visant à ancrer la science économique dans ses dimensions matérielles, énergétiques et environnementales. Encore mal connue en France, elle rencontre un essor spectaculaire dans l’espace académique international depuis trois décennies. Cet essor est à mettre en relation avec la prise de conscience croissante des ravages environnementaux – sur le climat, la biodiversité, la pollution de l’air, des sols, des eaux, etc. – causés par deux siècles d’un capitalisme industriel de plus en plus globalisé1. Depuis le début du XXIème siècle, de nombreux savoirs montrent de façon convergente comment ces ravages ont été nourris par ce que l’historien Jean-Baptiste Fressoz qualifie de “désinhibition institutionnalisée des sociétés” envers leurs dépendances matérielles et écologiques. L’économie écologique constitue ainsi, avec la science du système Terre et l’anthropologie de l’environnement, l’un des lieux intellectuels privilégiés où est réellement envisagée, de façon fondamentale, la non-soutenabilité du modèle socioéconomique né de la révolution industrielle. Attestées dès la fin du XVIIIème siècle, l’ensemble des conséquences géologiquement décelables de ce modèle socioéconomique – que certains nomment “Anthropocène” – a connu une grande accélération à partir des années 1950, à un moment où s’intensifient et s’universalisent des formes d’organisation économique initialement ouest-européennes et nord-américaines.

La science économique – qui, en tant que science, n’a su voir venir ni la grave crise sociale et environnementale globale, ni la contribution de certains de ses présupposés épistémiques à cette crise7 – peut-elle fournir aux sociétés des outils adéquats pour penser, voire œuvrer aux nécessaires transformations à venir ? L’ouvrage proposé par les économistes Ali Douai (université de Nice) et Gaël Plumecocq (INRA Toulouse) est sous-tendu par une réponse positive à cette question. Ce faisant, il comble un manque en proposant au public une présentation synthétique des grands enjeux dont traite l’EE. Aussi permet-il d’identifier les principaux courants intellectuels et lignes de fracture qui travaillent ce champ de recherche, au carrefour des sciences de la nature et des sciences sociales.

Disons-le d’emblée, le pari nous semble gagné. Les auteurs ont en effet tenu la gageure de proposer, dans le volume limité de la collection Repères, une somme de savoirs d’une impressionnante richesse, parfaitement mise en perspective. Elle se destine probablement d’abord aux lecteurs formés aux approches plus classiques de la science économique ; mais elle intéressera plus largement des étudiants et des praticiens des sciences sociales qui s’interrogent sur la mise en politique des enjeux de ce qu’on appelle la transition écologique – comme l’auteur de ces lignes, politiste. Cet ouvrage vient donc apporter une contribution à la connaissance d’un domaine pour lequel il n’existait en langue française que peu de travaux auxquels se référer.

Lire la suite sur Liens socio : Lectures (publié en 2018)

https://journals.openedition.org/lectures/29548


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.