A propos du livre : La sociologie pragmatique

Recension d’un ouvrage de Cyril Lemieux, par Gildas Renou

Cyril LEMIEUX, La sociologie pragmatique, La Découverte (coll. « Repères »), 2018.


La sociologie pragmatique (SP) est un courant de recherche apparu avec un livre fondateur : Les économies de la grandeur, publié par L. Boltanski et L. Thévenot en 1987, puis réédité en 1991 sous le titre De la justification. Elle a ensuite essaimé dans de nombreuses directions. Trente ans après, il importe d’en proposer un bilan provisoire et une cartographie. La publication de Cyril Lemieux (EHESS) est donc bienvenue.


L’auteur opte pour une stratégie d’exposition qui délaisse la contextualisation historique au profit d’une présentation des principes structurants. Laissant « aux historiens des sciences du futur » l’étude de « la configuration institutionnelle très particulière » à l’origine de cette constellation (p. 4), il propose de brosser une succession de « portraits » qui s’attachent à montrer la singularité de la SP, depuis la théorie jusqu’à la pratique d’enquête. Ce faisant, il énonce une vision de ce que doit être la SP en définissant, au fil de l’ouvrage, des « exigences » à satisfaire pour revendiquer ce label.

Un premier chapitre détaille les principes épistémologiques fondamentaux. S’ils révèlent, selon Lemieux (CL), « une continuité profonde entre la sociologie pragmatique et des courants plus classiques de la sociologie » (comme « l’interactionnisme, l’ethnométhodologie » et « le durkheimisme »), c’est leur combinaison qui constituerait le propre de la démarche de la SP. Parmi les dix principes exposés, trois semblent significatifs de la perspective promue. L’empirico-conceptualisme renvoie au « souci de ne jamais séparer ‘production de matériel empirique’ et ‘conceptualisation théorique’ » (p. 10). L’internalisme consiste à étudier les définitions projetées par les acteurs en situation « plutôt que de leur opposer une  définition extérieure de ces situations ». Le principe de résistance prend en compte ce que « la matérialité du monde oppose à l’action et aux discours des humains » (p. 25), c’est-à-dire une extériorité au social. Il s’oppose ainsi au « constructivisme simple ».

Le chapitre 2 identifie les concepts principaux la SP, au nombre de dix. Ils ont tous fait l’objet d’une définition originale dans le livre de Boltanski & Thévenot, mis à part le concept de dispositif (proposé par Foucault), celui d’épreuve (promu par Latour) et celui, fédérateur pour la discipline, de société. Pourtant, la façon dont Cyril Lemieux met en relation ce réseau conceptuel se rapproche davantage de l’approche de Callon & Latour que du livre fondateur ; l’auteur déclare d’ailleurs préférer l’appellation « sociologie des épreuves » à celle de « sociologie pragmatique ». Le chapitre suivant précise les méthodes encouragées : d’abord l’ethnographie, qui repose sur un exercice patient de description ; ensuite l’opération de distanciation des positions endossées a priori par l’enquêteur et son corollaire : la prise au sérieux des « arguments et des croyances des acteurs » étudiés. Plus généralement, l’auteur prône une distinction utile entre des « tâches techniquement premières » (la description et la compréhension) et des « tâches techniquement secondes » (la prévision, l’explication et la critique). Ces deux types de tâches peuvent être articulés par « l’analyse grammaticale de l’action », développée par l’auteur dans Le devoir et la grâce (2009).

Le chapitre 4 passe en revue les domaines dans lesquels la SP a été mise en œuvre. L’auteur y présente des recherches exemplaires qui à ses yeux « satisfont aux principes de la sociologie pragmatique » dans leur champ respectif : la sociologie du travail, des mouvements sociaux, de l’Etat, etc. Le dernier chapitre apporte des réponses aux critiques souvent adressées à la SP : la sous-estimation des phénomènes de domination, la surestimation de la transparence du monde social à la conscience, la pente relativiste et l’anhistoricisme. Sur ce dernier point, CL distingue « l’hyper-historicisme » de la théorie de l’acteur-réseau (ANT) de la sociologie des cités, davantage exposée à l’oubli du « plan d’immanence des rapports socio-historiques » (p. 114).


La conclusion développe l’idées selon laquelle la pratique de la SP « comporte des exigences » auxquelles le courant pragmatiste – avec lequel la SP est parfois assimilée – ne satisferait pas. L’articulation entre ces courants, promu pourtant par de nombreux auteurs (I. Joseph, L. Quéré, A. Ogien, D. Céfaï, J. Stavo-Debauge, A. Bidet, S. Bulle, A. Hennion, F. Chateauraynaud, D. Trom, B. Zimmermann, etc.) est écarté : l’approche pragmatiste souffrirait d’un défaut d’« empirico-conceptualisme », c’est-à-dire d’une confusion entre les démarches sociologique et philosophique. Cet avis aurait mérité une argumentation mieux ajustée aux thèses des auteurs qui cherchent chez Dewey et Mead des ressources pleinement sociologiques. N’est-ce pas l’ontologie sociale durkheimienne implicitement adoptée par CL qui est décisive dans son rejet du pragmatisme ?


Au total, cet ouvrage intéressera les étudiants par les rapprochements qu’il propose entre des travaux déployés dans des domaines variés des sciences sociales et politiques, marquées par une hyperspécialisation croissante. Il montre de façon convaincante que la SP n’est pas une nébuleuse de recherches perdues dans la théorie. Construite sur des enjeux bien identifiés, elle est travaillée par de fortes exigences d’empirisme et de réalisme. Pourtant, le livre suscite des réserves dont nombre semblent la contrepartie du dessein de l’ouvrage : la normalisation du statut de la SP dans la discipline. En cherchant à ancrer la SP dans le fonds commun de la sociologie, la présentation tend à en émousser le tranchant et la singularité.


Une première réserve porte sur l’aspect pédagogique de l’ouvrage. Des questions importantes restent sans réponse. Le lecteur n’apprend pas pourquoi ce courant est rassemblé autour de l’étendard « pragmatique ». CL note que son adoption découle d’une « imitation de la pragmatique linguistique » (p. 8), mais il n’explique pas en quoi cette démarche sociologique entrerait en résonance avec les travaux d’Austin ou de Grice. Les seuls travaux cités dans le domaine des sciences du langage sont ceux du sémioticien Greimas (influence revendiquée par le seul Latour). Il aurait été utile de proposer une élucidation du mot « pragmatique ». Rappelons qu’il s’agit d’une catégorie aristotélicienne désignant les affaires humaines (distinctes des réalités physiques), réélaborée par Kant puis Peirce. Ajoutons que la démarche pragmatique a été initialement revendiquée dans la sociologie française par N. Dodier, en 1993. Il l’avait caractérisée comme une attention portée à « l’ajustement des personnes entre elles ou avec leur environnement dans des actions concrètes » (« Les appuis conventionnels de l’action », art. non cité).
L’ambition didactique de l’ouvrage se révèle souvent recouverte par l’ambition de fixer une orthopraxie de la SP. En découlent une homogénéisation parfois forcée des travaux présentés et une déformation du champ couvert. On regrette ainsi que les œuvres importantes d’A. Desrosières, de F. Eymard-Duvernay et de N. Auray, aujourd’hui disparus, soient si peu représentées. On s’étonne aussi que les propositions de ré-articulation de la SP avec la sociologie critique et l’enjeu politique de l’émancipation soient tues (comme L. Boltanski, De la critique, 2009). On supposera un désaccord dont la raison restera inconnue. Autre étonnement : l’existence, à partir de 1985, d’un laboratoire nommé Groupe de sociologie politique et morale (GSPM), à l’EHESS, n’est attestée que par une allusion peu compréhensible au néophyte (p. 108). C’est pourtant à partir de cette institution que la SP a essaimé. De même, le nom de Michael Pollak, fondateur de la collection « Leçons de choses » chez Métailié, est absent. Les apports massifs de la SP à la réflexion sociologique sur la statistique (catégories socioprofessionnelles, codage, politiques de la quantification, etc.) ne sont qu’effleurés. Le travail de B. Conein sur les sens sociaux est oublié.


Au-delà de l’impératif de choix inhérent à toute entreprise de synthèse, on touche ici à une seconde réserve. Elle a trait à l’absence délibérée d’historicisation du propos. Ce choix dessert l’ambition didactique de l’ouvrage qui pâtit de ne pas donner, dès le départ, un aperçu des propositions énoncées dans la décennie 1983-1993. La courte introduction qui ne cite ni nom, ni référence, manque la circonscription de l’objet. Le chapitre 1 s’ouvre par la présentation générale du principe (non propre à la SP) de l’empirico-conceptualisme, illustré par des références à Simiand puis au Métier de sociologue… L’exposé de la contribution de Boltanski et Thévenot arrive tard ; sa portée est comme diluée. Les « portraits » de la SP auraient été plus ressemblants si l’auteur avait restitué d’emblée les deux points de départ de la SP : l’étude des grandeurs publiques et l’idée d’une pluralité des régimes d’actions. Ceux-ci ne sont abordés qu’assez tard dans le livre, et de façon segmentée. Isoler certains concepts de la dynamique qui les porte ne permet pas de restituer le mouvement inaugural de la SP. Pour cela, il importait sans doute de rappeler que les fondateurs ont initié leur collaboration par l’étude des classifications, des catégorisations et des représentations sociales à partir d’une discussion de l’approche de Durkheim et Mauss, mais aussi de celle de Bourdieu. Car loin de se placer à équidistance de Boudon et de Bourdieu (suggéré p. 3), la SP s’origine dans le débat sur l’analyse du pouvoir symbolique promu par Bourdieu qui entendait par-là dépasser les approches classiques par l’intégration de la dimension la moins visible de la domination : la violence symbolique. L’une des innovations majeures de la SP réside dans sa façon originale de traiter du rôle central joué par les formes dans la vie sociale. Or cette innovation peut être comprise comme une triple réponse : au durkheimisme, à l’utilitarisme et à la théorie du pouvoir symbolique. Esquissé dès les articles pionniers (mais non cités dans l’ouvrage) « Finding one’s way in social space » (Boltanski & Thévenot, 1983) et « Rules and implements: investment in forms » (Thévenot, 1984), ce déplacement décisif est passé sous silence.
Le fait que l’auteur confère un statut fondateur équivalent aux contributions de Callon & Latour (d’un côté) et de Boltanski & Thévenot (de l’autre) pose aussi question. En effet, à les relire trente ans après, on mesure combien elles déploient des démarches irréductibles l’une à l’autre. La première s’inscrivait dans un cadre sémiotique au sein duquel les rapports de forces et les rapports de sens sont coextensifs. La seconde s’en écartait afin d’étudier un sens ordinaire de la justice qui cherche précisément à contenir ces forces. Ils œuvraient ainsi à la réanimation d’un dialogue international de la sociologie avec la philosophie morale et politique, alors relancé par les débats sur la justice (Walzer) et sur l’herméneutique de l’action (Ricoeur). D’autres tensions entre les deux approches sont identifiables, en particulier sur le statut de la critique et sur l’agence politique reconnue aux non-humains.


On regrette que l’ouvrage ne mentionne pas le rôle joué dans le développement de la SP par les échanges avec les autres disciplines, notamment avec l’histoire sociale (B. Lepetit, S. Cerutti, Y. Cohen, N. Offenstadt…) et l’économie institutionnelle (le courant des « conventions » avec A. Orléan, R. Salais…). Le côté franco-centré du tableau fait l’impasse l’internationalisation croissante de la SP. La mention des contributions comme celles de N. Eliasoph, M. Fourcade, M. Lamont, P. Lichterman, P. Aspers, A. Blok, E. Luhtakallio, L. Centemeri, P. Wagner, O. Kharkhordin, etc., aurait été bienvenue pour faire ressortir le rôle de la SP dans le renouvellement international des sciences sociales.


C’est au sujet de la direction intellectuelle prise par ce renouveau que les thèses défendues dans ce livre susciteront un débat, crucial pour la SP d’aujourd’hui. Ses fondateurs ont réinscrit le travail des sciences sociales sur le terrain moral et politique, sans abandonner l’exigence empirique et la confrontation à la réalité socio-historique. Il s’agissait alors de rompre avec un excès de scientisme rendant difficile l’interrogation sociologique sur la normativité. La stratégie a consisté à étudier d’abord la normativité ordinaire exprimée dans les controverses publiques, en étudiant sa dépendance à l’endroit des formes idéelles, matérielles et institutionnelles qui permettent de qualifier les réalités et les personnes. Ces formes élaborées sur le temps long ont été analysées comme engageant des expressions plurielles du bien commun. La deuxième étape, centrée sur la mis en évidence d’une pluralité des régimes d’action, a été marquée par diverses propositions précisant la validité sociologique du modèle des cités. Le tableau brossé par C. Lemieux mésestime ici les apports d’un agenda de recherche structuré qui a amplifié le mouvement de pluralisation caractéristique de la SP : la  sociologie des engagements. Celle-ci se donne pour objet de cartographier les principales manières, socialement reconnues, de configurer l’environnement et le rapport à autrui afin de se coordonner, tant avec soi-même qu’avec les autres. Ce programme, ouvert par Thévenot dans l’article « L’action qui convient » dès 1990, n’est pas celui d’un seul chercheur (on peut le penser p. 43). Il a été déployé par un collectif : M. Bréviglieri, N. Auray, L. Pattaroni, C. Lafaye, R. Normand, J. Stavo-Debauge, O. Koveneva, E. Doidy, M. Griesse, J. Charles, E. Cheyns… A partir de recherches empiriques, la sociologie des engagements a proposé une redéfinition architecturée du social afin qu’il ne soit réduit ni aux légitimités publiques et aux représentations collectives, ni à l’agir téléologique. Attentive aux artifices matériels, elle ne dilue pas pour autant le social dans l’infini des associations avec les actants non-humains.

Le débat ainsi relancé dépasse le strict cadre de la SP. Il interroge l’ensemble de la discipline sur l’objet qui rassemble ses praticiens. Quel est le domaine propre du social ? Quelle est la pertinence de la reprise, aujourd’hui, de sa réduction durkheimienne à l’institué à laquelle C. Lemieux invite, à rebours des propositions de la sociologie des engagements ? L’esquive du débat avec ce massif de travaux fragilise la position de l’auteur, déjà vulnérabilisée par l’absence de démonstration de la compatibilité revendiquée entre le programme durkheimien, l’approche ANT et la démarche pragmatique. Les points de tension conceptuels semblent pourtant nombreux ! La conception de la SP promue dans cet ouvrage ne fera donc pas l’unanimité. Mais reconnaissons à l’auteur qu’il porte au débat un riche ensemble de propositions qui stimuleront la discussion sur des enjeux centraux pour toute la discipline.

Paru dans la Revue Française de Sociologie, 60, 4, nov-dec. 2019, 681-685.

https://www.jstor.org/stable/26976985#metadata_info_tab_contents


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.